Sections

Ville d'Alma se donne un droit de regard sur les projets à venir

Terrains vacants du Dooly's et du Pub Le Jeannois


Publié le 18 avril 2017

Sur les terrains vacants du Dooly's et du Pub Le Jeannois, on souhaite un projet qui présentera une double façade sur la rue Sacré-Cœur et la rivière Petite-Décharge.

©Photo: TC MEDIA - france Paradis

RECONSTRUCTION. Au centre-ville d'Alma, on a amorcé ce mardi le nettoyage du site de l'incendie du Dooly's et du Pub Le Jeannois. Ville d'Alma suit de près ce dossier et s'apprête même à modifier son règlement de zonage afin de se donner un droit de regard sur les projets que l'on pourrait retrouver à cet endroit en obligeant notamment une façade du côté de la rivière Petite-Décharge.

La municipalité s'apprête en effet à amender son règlement de zonage et l'un des articles proposés est le suivant:

La tendance devrait être inverse.

Frédéric Tremblay

« Régir la subdivision des lots, l'aménagement des stationnements et prévoir l'aménagement de façades donnant sur la rivière Petite-Décharge dans la partie Ouest de l'îlot compris entre la rue Sacré-Cœur Ouest et le boulevard des Cascades. ».

« Ça veut dire essentiellement que le conseil de ville se garde un droit de regard sur les futurs projets. Les terrains appartiennent à des privés dans ce secteur-là. On parle donc du quadrilatère qui part du Crapaud jusqu'à la Boîte à Bleuets. Comme on ne sait pas ce qui va se produire, on s'assure qu'il aura un projet conforme à la volonté municipale qui sera mis sur pied et on se dote d'un règlement dans ce sens-là », précise Gilles Girard, président du Comité d'Urbanisme de Ville d'Alma qui mène ce dossier.

Délais

Concernant le ramassage des débris, les propriétaires avaient jusqu'au 13 avril pour procéder. On aurait pu extentionner à la demande des enquêteurs, mais il semble bien qu'ils n'aient pas ce besoin et les propriétaires ont commencé à ramasser.

« On veut éviter les problèmes d'odeurs et que la pluie va arriver et que ça devenir vraiment désagréable. Donc, on veut s'assurer que ça se fasse le plus rapidement possible et même que l'on arrive en juin et que l'on puisse mettre de la pelouse éventuellement parce que l'on ne sait pas pour le moment qu'est-ce qui va se produire avec le terrain. C'est normal, on ne peut pas leur demander tout de suite d'arriver avec un projet. On se garde donc un droit de regard sur le futur », d'ajouter Gilles Girard.

Le conseiller Frédéric Tremblay, représentant du centre-ville, est également largement en faveur de cette façon de faire.

« On souhaite que de plus en plus, le secteur centre-ville se tourne vers la rivière. Historiquement, les centres-villes se sont toujours construit dos aux rivières, donc la tendance devrait être inverse. On s'assure avec ces dispositions-là d'avoir un droit de regard encore une fois et d'inciter fortement les promoteurs à se doter d'une double façade qui donne sur la rivière et la rue Sacré-Cœur », de souhaiter Frédéric Tremblay.