Gestion des berges du lac Saint-Jean : les élus auront leur mot à dire


Publié le 19 avril 2017

Berges du lac Saint-Jean

©TC Media - France Paradis

PARTENARIAT. Rio Tinto s’est entendu avec les trois MRC de la région ainsi que la communauté autochtone de Mashteuiatsh pour une toute nouvelle gestion participative du lac Saint-Jean.

«C’est historique ce qu’on vit là. Les trois MRC, la communauté de Mashteuiatsh et Rio Tinto font front commun pour une meilleure gestion du lac», mentionne d’emblée le préfet de la MRC Lac-Saint-Jean-Est, André Paradis.

Depuis plus de cinq mois que les différents acteurs régionaux travaillent avec Rio Tinto pour trouver une solution à la gestion des berges du lac Saint-Jean.

La gouvernance posait bien des problèmes dans ce dossier, alors que les citoyens souhaitaient avoir leur mot à dire. Pour régler ce litige, un nouveau conseil de gestion durable, sur lequel siégeront les MRC de la région ainsi que la communauté de Mashteuiatsh, sera mis sur pied.  Un comité de parties prenantes ainsi qu’un comité technique et un autre scientifique seront aussi implantés, et Rio Tinto collaborera avec chacun de ces comités.

«Il y aura des tribunes bien définies qui vont permettre le dialogue entre le promoteur et la population», ajoute le directeur général d’Énergie électrique chez Rio Tinto, Jean-François Gauthier.

Rio Tinto, la communauté de Masteuiatsh ainsi que les MRC de la région ont fait l’annonce de leur nouvelle entente mercredi matin, devant les eaux gelés du lac Saint-Jean.

©TC Media - Joanie Doré

Niveau du lac

Mis à part la gouvernance, les élus s’inquiétaient également du niveau du lac Saint-Jean. Avec Rio Tinto, un nouveau scénario de gestion sera analysé dans l’étude d’impact sur l’environnement.

«La démarche qu’on a entrepris nous a permis de faire en sorte de développer un nouveau modèle de gestion du niveau du lac qui couvre non seulement l’aspect économique, mais environnemental et social.[…]. Sur le plan économique, on a réussi à avoir un scénario presque neutre, alors on ne fait pas un sous de plus. Il va y avoir des pertes de 0.6 mégawatts par année, qui représente près de 230 000$», explique M. Gauthier.

Si ce nouveau scénario est adopté, le niveau du lac sera abaissé d’un pied à l’automne, alors qu’une hausse d’un demi-pied se fera au printemps.

Malgré tout, il reste encore du travail pour faire adopter ce scénario ainsi que pour réaliser tous les travaux et les études pour la gestion des berges du lac Saint-Jean.

De plus, le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement s’amènera bientôt dans la région, pour tâter le pouls de la population face aux nouvelles résolutions convenues dans l’entente entre Rio Tinto et les acteurs du milieu.

André Paradis, Marjolaine Étienne et Jean-François Gauthier.

©TC Media - Joanie Doré