Sections

Une action imprudente qui fait le tour du WEB

Vélo qui suit à toute vitesse un camion-remorque


Publié le 15 mai 2017

Le cycliste roulait collé sur l'arrière du lourd fardier.

©Photo: Courtoisie Facebook

INFRACTIONS. Le sergent Jean Tremblay, agent d’information à la Sûreté du Québec dans la région, ne peut que désapprouver avec désarroi une vidéo dans laquelle on voit un cycliste circuler à toute vitesse juste derrière un train routier. Il dénonce tout autant l'automobiliste qui a utilisé son cellulaire au volant pour filmer la scène.

Cette récente publication a été faite sur le site « Spotted : Ville D'Alma et Environ », et elle est devenue virale avec 93 000 vues, 1336 partages, 268 commentaires et 346 J’Aime.

Il ne s'agit pas d'un véhicule, mais bien d'un vélo.

Sergent Jean Tremblay

Elle montre un cycliste qui roule à toute vitesse, la roue avant collée sur le lourd fardier. Advenant la nécessité pour le lourd véhicule de s'arrêter brusquement, le cycliste aurait embouti avec violence l'arrière du véhicule lourd car à un certain moment, la scène se déroulait à quelque 75 km/h, le cycliste profitant de l'effet d'aspiration du véhicule devant lui pour atteindre cette vitesse.

La scène a été filmée sur la voie de contournement Maurice-Paradis, à Alma.

 

Constats

Jean Tremblay reconnaît qu'il y a des trous dans la Loi qui rendent difficile d'imposer des sanctions pour ce genre de comportement très dangereux.

« On pourrait sans doute y aller avec l'Article 327 qui a trait au fait de poser des actions dangereuses et qui stipule notamment ""Toute vitesse ou toute action susceptible de mettre en péril la vie ou la sécurité des personnes ou la propriété est prohibée."" Cependant, il ne s'agit pas d'un véhicule, mais bien d'un vélo. L'article sur le fait d'avoir suivi de trop près un autre véhicule, s'applique uniquement pour les véhicules-moteur », explique Jean Tremblay.

Cependant, l'application d'une sanction de ce genre envers le cycliste, s'il était retracé, pourrait facilement être contestable devant le tribunal.

« Cependant, il en irait tout autrement pour l'automobiliste qui a filmé la scène. L'utilisation du téléphone cellulaire au volant concerne la tenue de l'appareil en main, qu'on l'utilise pour parler ou pour filmer. C'est évident qu'il y a infraction dans ce cas », d'ajouter le Sergent Tremblay.