Sections

Entreprises Médard: la réussite de parents à enfants


Publié le 14 juin 2017

Normand Côté et Madeleine Boivin accompagnés Justine et Rose-Alice. Étienne Boivin-Côté est absent sur la photo.

©Photo: TC Media- Marie-Gabrielle Gagné

AGROALIMENTAIRE. Les entreprises Médard de St-Gédéon, comprenant la fromagerie, la boulangerie et les serres, ont maintenant de nouveaux actionnaires. Les enfants des propriétaires Normand Côté et Madeleine Boivin, déjà impliqués depuis plusieurs années dans la compagnie familiale, assureront la relève de la 6e génération. 

Justine, Étienne et Rose-Alice ont officialisé leur intégration aux entreprises Médard à la fin de mois de mai. Véritable histoire familiale depuis plusieurs générations, les enfants ont su chacun faire leur marque au fil du temps avec leurs projets distincts. Les nouveaux actionnaires soulignent toutefois que leurs parents ont fait preuve de beaucoup d’ouverture depuis le début en leur accordant une liberté et une importance dans l’entreprise familiale

« Nos parents embarquent vraiment dans nos idées. Nous avons toujours eu de la latitude et nous prenons les décisions tous ensemble », affirme Justine Boivin Côté.

Pour les parents, savoir que les entreprises Médard vont perdurer dans la famille pour une sixième génération est une grande fierté. « C’est la plus belle chose qui pouvait nous arriver », lance fièrement Madeleine Boivin.

À chacun son domaine

Après avoir travaillé quelques années en relations publiques, Justine Boivin-Côté a décidé de faire un DEP en Boulangerie, pour par la suite, ouvrir la Boulangerie Médard il y a maintenant six ans.

« On vendait des baguettes d’une autre boulangerie à la fromagerie et il y avait tellement de demande. Je me suis dit que ça marchait la baguette et qu’il y avait quelque chose à faire avec ça », explique-t-elle.

Ce sens des affaires, que toute la famille semble avoir, a eu raison puisque le succès s’est fait ressentir tout de suite.

Tout comme sa sœur, Étienne a lui aussi dû faire ses propres expériences dans un autre domaine, avant de se lancer en agriculture, aux côtés de son père. Il s’est d’ailleurs beaucoup impliqué dans le projet de nouvelle ferme. La vision avant-gardiste des deux hommes permettra à la nouvelle construction d’être presque unique en son genre dans la région, avec des technologies écologiques ayant à cœur le bien-être des animaux.

Le nouvel actionnaire voit grand. « On va augmenter la production de lait et la fromagerie va être trop petite. Nous avons des projets d’agrandissement dans quelques années », confirme-t-il avec fierté.

Pour ce qui est de la troisième actionnaire, Rose-Alice, elle s’implique autant dans la fromagerie que dans la serre. La plus jeune fille de la famille, Bérangère, a quant à elle cinq ans pour décider si elle désire s’impliquer dans l’entreprise familiale ou non.

« Quand nous avons commencé la fromagerie, c’était pour faire de la place aux enfants. Réellement, ça fait 10 ou 12 ans que nous travaillons sur cela. Que les enfants prennent la relève, c’était le but que nous nous étions fixé », termine fièrement Normand Côté.