Sections

Agriculture : tous les moyens sont bons pour réaliser son rêve

Ferme Monarque à Saint-Gédéon


Publié le 12 juillet 2017

Élevés sur une terre, c’est en 2010 que les deux frères ont entamé leur projet d’agriculture.

©Photo TC Media - Marie-Gabrielle Gagné

PASSION. Armés de leur détermination et de leur passion pour l’agriculture, les frères Jacob et Guillaume Coulombe affrontent chaque jour la difficile réalité des petites fermes. Ni les embûches financières ni les malchances ne les empêchent de caresser le rêve que leur projet devienne un jour une ferme familiale prospère. Ils ont d’ailleurs lancé une campagne de financement sur la plateforme Gofundme pour poursuivre leur projet.

Les deux jeunes agriculteurs dans la vingtaine, propriétaires de la Ferme Monarque située près du carrefour giratoire à St-Gédéon, ont une vision bien particulière de l’agriculture.

On voit des fermes qui, il y a 20 ans, étaient au même point que nous. Ça nous encourage de voir ça. On garde la foi, il faut garder la foi.

Jacob Coulombe

« Ce qu’on préconise, c’est un modèle de petite ferme qui fait un peu de tout comme autrefois. Il y avait de la volaille un peu, des vaches laitières, des légumes et aujourd’hui, on dirait que tout le monde se spécialise dans quelque chose. Nous, on aime ça que les gens puissent venir et voir qu’on a une ferme laitière, mais qu’on fait aussi des légumes et du miel », explique Jacob Coulombe.

Bien que le projet des deux frères ait tranquillement débuté en 2010, c’est seulement en mars dernier que la ferme telle qu’elle est aujourd’hui a pris forme. Depuis, les deux agriculteurs œuvrent à faire rayonner leurs produits et à maximiser l’espace disponible sur leur terre. Le bâtiment qui servait d’ailleurs de garage pour la machinerie a été transformé en kiosque qui permet aux citoyens de se procurer des produits frais de la ferme tous les jours de 10 h à 18 h 30.

Les premiers pas difficiles financièrement

Il est évident que les deux frères se sont lancés dans ce projet par passion et non pour l’argent. Sans compter leur temps, ils ont dû débroussailler leur propre chemin, malgré les malchances et les difficultés qui se dressaient sur celui-ci.

La famille Coulombe a d’ailleurs lancé une campagne de sociofinancement sur la plateforme Gofundme pour aider les deux entrepreneurs. « C’est certain que ça pourrait aider, mais on ne veut pas que les gens aient l’impression qu’on veut tout avoir gratuitement. Le meilleur moyen de nous aider et de nous encourager est de venir au kiosque pour acheter nos produits », mentionne Jacob.

Les coûts faramineux engendrés par leurs débuts dans le monde agricole ont laissé d’importantes dettes sur les épaules des deux jeunes hommes. Même si ces derniers sont optimistes face à la rentabilité de leur projet et gardent foi en celui-ci, ils se questionnent sur certaines mesures qui pourraient être mises en place pour favoriser le démarrage d’entreprises laitières.

« Il y a de l’aide pour les gens qui démarrent en agriculture, mais je ne suis pas certain qu’elle soit suffisante et bien adaptée. Ça serait bien si la fédération pouvait prêter le quota ou financerait le quota dans des délais respectables pour donner une chance aux jeunes », explique-t-il.

 « On voit des fermes qui, il y a 20 ans, étaient au même point que nous. Ça nous encourage de voir ça. On garde la foi, il faut garder la foi », termine-t-il.