Sections

Élection partielle dans Lac-Saint-Jean: au plus tôt, le 25 septembre

L'avis officiel a été donné


Publié le 11 août 2017

©Photo: TRIUM Médias - Archives

POLITIQUE. L'avis officiel a été donné concernant l'obligation de tenir une élection partielle dans le comté Lac-St-Jean. En tenant compte de la Loi électorale, au plus tôt, cette élection pourrait se dérouler le lundi 25 septembre 2017. Il appartient toutefois au premier ministre, Justin Trudeau, d'en choisir la date à sa guise.

Mercredi, le directeur général des élections par intérim, Stéphane Perrault, a reçu l'avis officiel du président de la Chambre des communes lui signifiant la vacance du siège dans Lac-Saint-Jean. Une élection partielle doit donc avoir lieu afin de pourvoir le siège vacant.

Procédure

En vertu de la Loi électorale, la date de l'élection partielle devra être annoncée entre le dimanche 20 août 2017 et le lundi 5 février 2018. Cette annonce marquera alors le début de la période d'élection partielle.

Cette période d'élection partielle doit être d'au moins 36 jours, et le jour de l'élection doit être un lundi.

Par conséquent, l'élection partielle dans Lac-Saint-Jean pourrait avoir lieu au plus tôt le lundi 25 septembre 2017.

La Loi électorale du Canada ne prévoit pas de durée maximale pour une période d'élection partielle.

Candidature

Naturellement, cette annonce risque d'accélérer le processus de réflexion des éventuels candidats à cette élection.

Notamment, du côté des Libéraux, la marmite est en ébullition alors que le maire de Dolbeau/Mistassini, Richard Hébert, a officiellement annoncé sa candidature.

Le maire de Desbiens, Nicolas Martel, va pour sa part annoncé la semaine prochaine son intention.

Sabin Simard, ex-candidats lors de l'élection de 2015, est également en réflexion et fera connaître ses intentions dans les prochains jours.

Également, l'ancien chef de Mashteuiatsh, Gilbert Dominique, est toujours en réflexion alors que Marjolaine Étienne, ancienne vice-chef du conseil de bande, a déjà confirmé sa candidature.

Du côté du Nouveau Parti Démocratique, Gisèle Dallaire, candidate en 2015, pourrait bien être de retour.

Quant aux Conservateurs, on ne sait pas encore qui se présentera pour remplacer le député démissionnaire, Denis Lebel.