Sections

Roger Fillion est fier d'avoir vécu sa passion du vélo


Publié le 21 août 2017

Âgé de 74 ans, Roger Fillion prend sa retraite comme directeur général de Liberté à vélo

©Photo Trium Médias ─ Jacques La Haye

ORGANISATEUR. Depuis peu, Roger Fillion a pris sa retraite à titre de directeur général de Liberté à vélo. Roger Fillion ne fait pas que quitter ses fonctions de promoteur pour attirer les cyclotouristes dans la région, mais fait également un trait sur son rôle d'agent de Léandre Bouchard, athlète élite en vélo de montagne.

Il y a quelque temps, Roger Fillion était au Mont Sainte-Anne, à Québec, pour y encourager son jeune protégé. «J'ai eu l'Occasion de rencontrer Léandre lors du Grand Prix cycliste de Saguenay en 1994. Ce dernier avait notamment chuté, et après la course, il était venu me voir pour me féliciter de l'organisation du Grand Prix. Généralement, les coureurs viennent nous voir pour nous faire des reproches. Dans le cadre de la préparation des Jeux du Québec d'Alma, hiver 2017, nous avons eu l'occasion de se rencontrer à nouveau, et c'est à ce moment que son entraîneur Jude Dufour, m'a demandé si je pouvais m'occuper de lui en marge des Jeux olympiques de Rio.»

«Par la suite, grâce une fois de plus à des contacts, nous avons réussi à trouver une équipe professionnelle française soit la formation BH-SR Suntour-KMC. IL s'agit d'une équipe d'élite de l'Union cycliste internationale en vélo de montagne.»

Roger Fillion

Roger Fillion a accepté, et avec l'appui de quelques amis, il a pu monter une campagne de financement de quelque 65 000 $, une somme qui devait permettre à Léandre Bouchard de participer à plusieurs épreuves de la Coupe du monde de vélo de montagne, et du même coup amasser des points importants pour une participation aux Jeux olympiques de Rio.

«Par la suite, grâce une fois de plus à des contacts, nous avons réussi à trouver une équipe professionnelle française soit la formation BH-SR Suntour-KMC. Il s'agit d'une équipe d'élite de l'Union cycliste internationale en vélo de montagne. Cette association pour une période de deux ans permettra à Léandre de disposer d'un budget et d'accompagnement lors de ses participations aux différentes tranches de la Coupe du monde, de même que pour les championnats où il représente le Canada. J'ai avisé Léandre de ma décision de quitter mes fonctions d'agent, mais je suis certain que la personne qui va me remplacer saura faire ce qu'il faut pour que notre Almatois poursuive sa progression en vélo de montagne», explique Roger Fillion.

La passion

Au fil de toutes ces années, c'est la passion du vélo qui a animé Roger Fillion dans toutes ses phases d'implications pour des événements d'importance. Et des événements d'importance auxquels Roger Fillion a été directement impliqués, ils sont très nombreux.

«Quand j'ai rencontré Léandre, je me suis donné deux missions, soit de trouver le financement pendant deux ans, et l'autre, de trouver une équipe professionnelle. Ce sont ces deux mêmes missions que je cherchais à accomplir avec les événements que l'on organisait. Ma passion du vélo m'a permis de réaliser tous ces événements d'importance pour notre région. Il faut que tu aimes non seulement les cyclistes, mais également les bénévoles qui travaillent sans relâche autour de toi. Si je n'avais pas eu les bons bénévoles depuis le tout début, avec notamment François Duchesne et Martin Ouellet, on n'aurait pas été en mesure de mettre sur pied tous ces événements. La base de toute organisation est le financement et le bénévolat. S'il te manque un des deux éléments, ça ne marche pas. Les bénévoles étaient tellement habitués qu'ils pouvaient nous dire que l'on avait oublié certains aspects de la compétition.

En 2011, la Fédération Québécoise des sports cyclistes intronisait au Temple de la renommée Roger Fillion, à titre de bâtisseur.