Être père à distance, pas évident pour Bruno et sa famille


Publié le 15 juin 2017

Félix , Léo, Simon, Rose et à l’avant, Juliette profiteront de la présence de leur papa, dimanche, lors de la fête des Pères.

©Photo: Gracieuseté

ÉLOIGNEMENT. Avec cinq enfants d’une famille reconstituée et occupant un emploi à l’extérieur de la région, le Jonquiérois Bruno Fortin représente le portrait de plusieurs pères du Saguenay-Lac-Saint-Jean en 2017.

En effet, le peu d’emplois dans la région force beaucoup d’hommes ou de femmes à s’expatrier pour gagner leur croûte pendant que le reste de la famille demeure à la maison. Ainsi, depuis un an, Bruno travaille comme mécanicien industriel à Fort Frances en Ontario. Le père de Félix (2 ans) et Juliette (7 ans) et beau-père de Léo (16 ans), Simon (11 ans), Rose (14 ans), et conjoint de Stéphanie Gagnon, revient auprès des siens pendant 15 jours toutes les quatre semaines.

J'ai déjà fait six semaines sans revenir et ce fut excessivement long.

Bruno Fortin

« Dans la région, c’est plus difficile pour l’emploi. Il faut aller à l’extérieur et prendre ce qui passe. Les enfants en sont conscients, car je fais cela pour leur donner une belle vie. Je ne suis pas le seul à vivre cette situation », souligne Bruno lorsque rejoint à son travail par TC Media.

Heureusement, l’homme de 45 ans aura la chance d’être présent auprès des siens, dimanche, lors de la fête des Pères. « C’est bien plaisant. Il n’y a rien d’excessif. On n’est pas un père pour être fêté, mais pour avoir des enfants. Et c’est bien correct comme cela.  Mon plus beau cadeau sera d’être avec ma famille. »

Quand il revient à la maison, Bruno Fortin demeure avec le petit Bruno-Félix qui est en congé de garderie pendant cette période de deux semaines. « Je donne aussi une chance à ma blonde qui doit tout faire à la maison avec les cinq enfants, en plus de son travail à temps plein. Je m’occupe ainsi des tâches ménagères, des repas, des réparations et j’en profite pour parler avec les enfants. Je veux savoir où ils en sont rendus. Ça va tellement vite. Les deux plus vieux ont une blonde et un chum. C’est une autre dynamique. Heureusement qu’aujourd’hui, avec Internet, on se donne des nouvelles tous les jours. On fait aussi des conversations vidéo. Malgré l’éloignement, je considère que je remplis bien mon rôle de père.»

Enfin, Bruno avoue qu’il s’ennuie des enfants, de sa blonde, de la vie de famille, de la routine quotidienne quand il est à son travail. « Toutefois, c’est pour ma blonde que c’est le plus difficile. »