Desbiens vise toujours l’extrême

Hélène Gagnon helene.gagnon@tc.tc
Publié le 25 juin 2016

FESTIVAL. Le maire de Desbiens Nicolas Martel ne cache pas sa fierté. Desbiens Extrême aura une fois de plus permis à la communauté de se ressembler dans un contexte extrêmement divertissant.

« Depuis le début, plusieurs personnes ont participé aux diverses activités proposées. Nous avons reçu beaucoup de bons commentaires. C’est agréable de travailler et d’avoir en retour des commentaires positifs », souligne Nicolas Martel.

D’année en année, le comité organisateur apporte des nouveautés à la programmation. En s’inspirant d’activités simples, l’organisation ajoute sa touche extrême. Apportant ainsi une toute nouvelle dynamique.

« Un poursuit sur notre lancée. Un peu comme le pédalo, qui est une activité très ordinaire, nous apportons une nouvelle dimension. Nous réalisons la même chose avec notre version extrême de la chaise musicale où 1000 personnes sont attendues. Il y a aussi notre parade de chiens costumés. Sans oublié le tour extrême du lac Saint-Jean à vélo. Ce sont 24 cyclistes qui prennent part à cette activité. On prend des activités simples et on les amène plus loin. Comme notre événement n’est pas centré sur une chose en particulier, nous pouvons aller dans toutes les directions », ajoute le maire.

Une image de marque

Desbiens a décidé de faire du mot extrême son image de marque. Par une foule d’activités diversifiées, la municipalité veut rejoindre tous ses citoyens et les faire participer.

« Le fait qu’on ne voit pas ça ailleurs permet à nos citoyens de développer un sentiment d’appartenance. Tous les jeunes de l’école primaire ont reçu un chandail à l’image de l’événement. Nous voulons qu’ils soient fiers. Desbiens était un comité dévitalisé, aujourd’hui, je constate après tout le travail réalisé que notre communauté est mobilisée et active. Cette image de marque à transformer notre communauté », explique M. Martel.