Sections

Jérôme Couture veut transmettre sa passion de la chanson

Festival de la chanson de Saint-Ambroise


Publié le 10 août 2017

Jérôme Couture est président d'honneur du Festival de la chanson de Saint-Ambroise

©Photo Trium Médias-Gracieuseté

CHANSONS.  Auteur-compositeur de la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Jérôme Couture sera le porte-parole du Festival de la chanson de Saint-Ambroise qui se tiendra du 14 au 19 août. Le Festival de la chanson aura été la première scène où Jérôme Couture a présenté ses compositions.

«L'organisation du Festival me rappelait que j'avais remporté de concours en 2002, mais qu'à plusieurs reprises j'avais participé à cet événement. Quelques années plus tard, j'ai participé également au concours de Cabaret de la relève qui se déroulait au Château de Roberval. En 2006, j'ai gagné ce concours dans la même catégorie que le Festival de la chanson de Saint-Ambroise, soit la catégorie Interprète, 18 ans et plus», rappelle Jérôme Couture.

« Lorsque j'ai rencontré Rémi Tremblay, un professeur de l'Université Laval venu un professeur régulier, celui-ci m'a amené ailleurs en transformant toute ma façon de chanter.»

Jérôme Couture

Quelque 59 participants sont inscrits dans l'édition 2017 du Festival de la chanson de Saint-Ambroise. Ces participants sont regroupés dans quatre catégories, soit 7 à 12 ans, 13 à 17 ans, 18 ans et plus, et finalement, dans la catégorie autres.

«C'est un concours pour la relève de tous les âges. Ce qui est fascinant dans ce concours, c'est que les participants sont accompagnés par un immense band formé par les meilleurs musiciens de la région. Qui plus est, durant toute la semaine les participants peuvent participer à des ateliers de tous genres, en écriture notamment. Personnellement, je vais faire un atelier dans lequel je vais partager mon parcours de carrière.»

«Grosso modo, j'ai envie de leur dire que s'ils veulent faire ce métier, ils doivent se donner toutes les chances, en étant les plus curieux et passionnés. Il faut qu'ils apprennent le plus d'instruments possible. Il faut qu'ils développent également une fibre entrepreneuriale, il faut créer ses projets soi-même et ne pas attendre que l'on t'appelle. Personnellement, je n'ai jamais eu de plan B. C'est ce que je voulais faire, et c'était ma passion.»

Études à Alma

Jérôme Couture a fait ses études au Collège d'Alma, pour ensuite parfaire son développement à l'Université Laval, de Québec. Lors de son passage à Alma, le professeur Rémi Tremblay fut pour lui un mentor.

«Lors de mon passage au Cégep, j'ai eu de la misère avec ma voix. Lorsque j'ai rencontré Rémi Tremblay, un professeur de l'Université Laval venu un professeur régulier, celui-ci m'a amené ailleurs en transformant toute ma façon de chanter. Cette collaboration avec Rémi Tremblay s'est poursuivie à l'université.  De fait, au lieu de m'imposer une technique vocale, Rémi Tremblay m'a aidé à trouver ma propre voix. Et c'est comme ça que j'ai pu conserver mon timbre de voix qui était différent. Ç’a été une superbe rencontre.»

Jérôme Couture est présentement en tournée pour présenter son deuxième album, Gagner sa place, avant d'entreprendre une série de spectacles dont celui présenté à la Zone portuaire de Chicoutimi samedi dernier. Jérôme Couture sera également dans les spectacles présentés par Marc Dupré en plus de prendre pou à la comédie musicale Britishow, en remplacement de Marc-André Fortin.

Jérôme Couture est également porte-parole du Mois de l'archéologie. «C'est une passion qui m'anime depuis déjà quelques années, une cause qui me tient à cœur. J'adore me promener dans les musées pour découvrir notre histoire et d'écouter tous les commentaires sur l'histoire des premiers hommes. Je veux amener ça jusqu'aux jeunes et leurs dire qu'il faut qu'ils soient curieux et non apprendre seulement des dates que l'on retrouve dans des livres. Je ne suis pas un connaisseur, mais un grand passionné».

Pour son premier album, Jérôme Couture a obtenu deux nominations au Gala de l'Adisq. Vingt mille copies de cet album ont été produites. «Le deuxième album est un peu la continuité de ce premier album fait l'éloge du travail. Il faut travailler plus fort pour réussir», de conclure Jérôme Couture.