Le Mont Lac-Vert pourrait obtenir une piste homologuée

Le Mont Lac-Vert pourrait obtenir une piste homologuée

Les Jeux du Québec ont donné au Mont Lac-Vert une belle visibilité.

À la suite des Jeux du Québec en raison desquels certains aménagements ont été réalisés au Mont Lac-Vert, certains ont dans l’idée de créer une piste homologuée dans le but d’accueillir de futures compétitions provinciales.

Pour présenter les Jeux du Québec, la pente #9 a été élargie pour atteindre les 40 mètres, alors qu’elle en comptait une vingtaine précédemment.

L’entraîneur responsable de l’équipe de compétition du Mont Lac-Vert, Christian Simard, fait partie de ceux qui comptent entamer les démarches nécessaires dans les prochaines semaines pour faire avancer ce dossier.

À l’heure actuelle, plusieurs aspects sont à ficeler. Pour arriver à faire homologuer une piste, bien que des aménagements aient déjà été effectués, d’autres investissements financiers seront quand même nécessaires. On parle d’environ 30 000$.

Organisera-t-on une campagne de financement? Le club de compétition sera-t-il le seul responsable de sa tenue? Plusieurs questions sont en suspens.

Choix de la piste

Une autre décision importante est aussi celle du choix de la pente.

«On peut la faire homologuer slalom piste ou géant. Ce sont deux épreuves différentes, mais toutes les deux techniques. Je pense au minimum qu’on pourrait avoir un slalom », décrit Christian Simard, précisant que dans le géant, la vitesse est plus rapide.

Ce dernier veut aussi s’assurer que Ski Québec Alpin va bien vouloir lui envoyer des compétitions de grande envergure si le Mont Lac-Vert obtient son accréditation.

Selon ce qu’il a perçu des entraîneurs d’un peu partout dans la province, les commentaires sont positifs sur les installations du MLV. À l’intérieur même de la région, la notoriété du centre est bonne, notamment en raison de son emplacement géographique.

« Quand on tient des réunions ou des formations, on les fait toujours ici », souligne-t-il.

Avoir tenu les Jeux du Québec a permis à la région de se prévaloir d’une belle vitrine qui saura servir à cette cause, et ce, même si la nature des compétitions s’avère différente.

«Présenter une course ici nous procure un potentiel monétaire. On parle d’environ 150 coureurs qui viennent de partout avec leurs accompagnateurs et proches, contrairement aux Jeux du Québec où tout est gratuit, là on doit les nourrir et les loger», précise-t-il.