Hélène découvre le site du Trou de la fée

Hélène Gagnon helene.gagnon@tc.tc
Publié le 15 septembre 2016

CHRONIQUE. Cette semaine, j’ai décidé de m’aventurer sur le site du Trou de la fée à Desbiens. Quel lieu unique! C’est fabuleux d’avoir à quelques kilomètres de chez soi un lieu qui nous immerge dans une nature encore sauvage.

Situé à 6,5 km de la route 169, le site nous transporte complètement dans un autre monde. Le Trou de la fée a sa propre personnalité. Ce que les visiteurs découvrent, ils ne le verront pas ailleurs. En commençant, par une descente de 68 mètres au cœur d’une grotte veille de 10 000 ans.

Le taux d’humidité dans la grotte dépasse les 90 %, alors laissé-moi vous dire qu’on doit regarder où l’on dépose les pieds afin de ne pas glisser. Aucune chauve-souris n’a été aperçue lors de la visite. Par contre, une petite grenouille s’y trouvait. Dans la grotte, il y a quelques escaliers, et un système d’éclairage afin de nous permettre de bien voir et de descendre en sécurité.

Durant la visite, notre jeune guide éteint les lumières afin de nous permettre constater de la noirceur la plus totale. C’est tout simplement fascinant. Le froid est également un élément qui nous marque. Plus l’on descend dans la grotte, plus la température chute. Une fois en bas, la température est de 4 à 5 degrés. Mes lunettes ont vécu le choc à la sortie en s’embuant en raison du contraste.

Préparez-vous

Comparativement à d’autres sites touristiques, il faut un minimum de préparation pour s’aventurer au Trou de la fée. En faisant quelques recherches avant, le site internet conseillait d’avoir d’excellentes chaussures de marche, d’avoir un chandail plus chaud, une petite collation et surtout de l’eau. Il ne faut pas prendre c’est indication à la légère si on souhaite profiter de l’ensemble du site.

De mon côté, après la visite de la grotte, je me suis dirigé vers le sentier des 3 chutes. Espérant dénicher une table à pique-nique afin de diner, car j’avais trainé mon lunch. Je suis vraiment prévoyante. Après une courte marche, j’ai finalement trouvé une table pour prendre une petite pause avec vue sur les chutes. Magnifique!

Une fois mon muffin au jambon, mon morceau de fromage, mes raisins et mon eau installés sur la table, il ne me restait qu’à savourer le moment. Personne ne pouvait me déranger, car il n’y a pas de réseau dans le secteur.

100% nature

On ne tente pas de cacher la beauté de cet endroit sous des tonnes d’infrastructures. Les sentiers sont rustiques et c’est parfait ainsi. Moi, c’est mon type de plein air. Ça me fait du bien de franchir quelques amas de racines et de roc. Il y a quelques passerelles, mais rien de très élaborer. On donne à la nature toute la place qu’elle mérite.

Par contre, et ce sera mon unique bémol, les infrastructures comme les bancs et les tables à pique-nique mériteraient soit une cure de rajeunissement, soit d’être présente en plus grand nombre. Sur un site qui sollicite autant l’effort physique des visiteurs, il ne faut pas négliger l’aspect du confort.

Mon coup de coeur

Après avoir sillonné les passerelles accrochées à la paroi de pierres et traversé quelques ponts suspendus, on arrive au sentier de la coulée verte. Un petit sentier qui nous ramène vers l’accueil. On longe une petite cascade en gravissant des escaliers, car il s’agit d’une montée. Composé de beaucoup de pierre recouverte de mousse, tout l’environnement qui nous entoure est vert.

Le site est ouvert jusqu’au 10 octobre et dès la mi-septembre, il est possible de faire des visites nocturnes les vendredis et samedis.

 

Mon appréciation

J'ai aimé: Diner au pied des trois chutes

Je n'ai pas aimé: Il faut toujours regarder où l’on met les pieds, ça devient parfois agaçant

Je recommencerais: Un site exceptionnel pour les aventuriers.