Lundi, 22 juillet 2024

Actualités

Temps de lecture : 1 min 3 s

Un cadre de la Sécurité publique arrêté par l’UPAC

Le 21 juin 2014 — Modifié à 00 h 00 min le 21 juin 2014
Par

FRAUDE. L’Unité permanente anticorruption (UPAC) a arrêté hier matin deux hommes, dont un cadre du ministère de la Sécurité publique.

Abdelaziz Younsi, directeur général des technologies de l’information au ministère, et Mohammed El Khayat, de la firme informatique EBR, sont accusés d’avoir mis sur pied un stratagème frauduleux pour faciliter l’octroi d’un contrat informatique. La valeur de l’accord est supérieure à 3,3 M$, a indiqué l’UPAC.

Les deux hommes sont accusés d’abus de confiance, de fraude, de fabrication de faux et d’avoir frustré le département de la Sécurité publique. Selon l’UPAC, M. Younsi aurait également reçu de l’argent en échange de ses services et la valeur de la fraude est estimée à 400 000$.

L’UPAC avait ouvert une enquête à ce sujet en 2013 à la suite d’une plainte formulée à l’interne du ministère. « C’est cette enquête, rapide et efficace et pour laquelle le ministère a offert sa pleine collaboration, qui nous a permis de déceler des agissements répréhensibles commis par les deux accusés, un cadre de l’État et un vice-président d’une firme informatique », a indiqué par communiqué le commissaire à la lutte contre la corruption, Robert Lafrenière.

Les deux accusés doivent se présenter au palais de justice de Québec le 8 septembre prochain.

Par communiqué, le ministère de la Sécurité publique a confirmé l’arrestation d’un de ses employés qui a été « relevé de ses fonctions sur le champ ». « Ce dossier démontre clairement que personne n'est au-dessus des lois », a indiqué le ministère.

:TC Media

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES