Samedi, 13 juillet 2024

Actualités

Temps de lecture : 1 min 28 s

Une manifestation des syndiqués qui surprend Rio Tinto

Le 04 décembre 2015 — Modifié à 00 h 00 min le 04 décembre 2015
Par Karine Desrosiers

NÉGOCIATIONS. Près de 200 travailleurs de la Coalition des quatre syndicats de Rio Tinto qui sont toujours en négociation de leur convention collective incluant le régime de pension, soit les métallos de l’Usine Alma, celui d’Énergie électrique Québec Nord, des employés du Roberval Saguenay et des installations portuaires, ont manifesté, hier, au Delta Saguenay et devant le Centre opérationnel aluminium à Arvida.

«Nous sommes venus appuyer le comité de négociation de nos collègues d’Énergie électrique. Nous sommes tous déterminés à obtenir une bonne entente. Non, je préfère ne pas parler des éléments pour lesquels on ne s’entend pas, car je ne veux pas nuire à un possible règlement», de commenter Alexandre Fréchette, le président du Syndicat des travailleurs de l’aluminium d’Alma (STAA-Métallos).

M. Fréchette ajoute que son Syndicat n’a pas de mandat de grève des employés. «Nos assemblées ont pour but d’informer nos membres pour qu’ils puissent prendre une décision éclairée quand viendra le temps de se prononcer sur une offre ou une entente. Il est important de connaître les impacts de leurs décisions.»

Après leur passage à l’Hôtel Delta Saguenay, les membres de la Coalition se sont donné rendez-vous pour un dîner communautaire devant le Centre opérationnel de Rio Tinto.

«C’est un dîner festif pour démontrer à l’entreprise que nous sommes solidaires. L’argent amassé de façon volontaire des membres sera remis à la Guignolée des médias», de laisser tomber Alexandre Fréchette qui pouvait aussi compter sur l’appui et la présence du Syndicat des employés de garage avec le président Georges Bouchard en tête.

Surprise

De son côté, Rio Tinto s’est dit très surprise de cette manifestation, selon les dires de la porte-parole de l’entreprise, Xuan Lan Vu.

«On ne comprend pas la situation. Nous concentrons tous nos efforts dans la négociation pour conclure un règlement dans l’ensemble des négociations qui ont deux volets, la convention collective et le fonds de pension. Nous sommes seulement inquiets. On est rendu le 4 décembre et l’échéance est le 31 décembre. Il reste peu de temps et c’est pourquoi il y a un conciliateur à la table pour faire avancer les discussions», de commenter Mme Vu.

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES