Samedi, 13 juillet 2024

Actualités

Temps de lecture : 1 min 11 s

Le CRTC entend les consommateurs sur les forfaits «de base» en télévision

Le 08 septembre 2016 — Modifié à 00 h 00 min le 08 septembre 2016
Par

Un groupe de défense des consommateurs demande au CRTC d'interdire aux fournisseurs de service télé de priver de leurs rabais les clients qui optent pour le service minimal de base, à 25 $ maximum.

Le Centre pour la défense de l’intérêt public a plaidé jeudi qu'il serait contraire à l'esprit de la nouvelle réglementation — et discriminatoire — de priver les consommateurs de tels rabais, alors que le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) voulait que l'offre des fournisseurs télé soit justement plus diversifiée et flexible.

Le CRTC tient des audiences, mercredi et jeudi, sur la façon dont les fournisseurs de service de télévision se sont conformés aux nouvelles exigences, entrées en vigueur il y a six mois. L'agence réglementaire fédérale a obligé l'an dernier les fournisseurs à offrir dorénavant un service de télévision «de base» à un coût maximal de 25 $ par mois.

Le CRTC et des groupes de consommateurs soutiennent qu'ils ont reçu des centaines de plaintes depuis le 1er mars.

Le directeur du Centre pour la défense de l’intérêt public, John Lawford, a indiqué jeudi aux audiences du CRTC, à Gatineau, que des consommateurs avaient été lésés par l'interprétation qu'ont donnée certains fournisseurs des règles entourant les nouveaux forfaits de base.

Vidéotron, Bell, Rogers et Shaw — qui occupent plus des trois quarts du marché de la distribution télé au pays — ont plaidé mercredi devant le CRTC qu'ils avaient su tirer des leçons de cette nouvelle approche et qu'ils avaient depuis corrigé le tir. Les fournisseurs rejettent cependant les allégations selon lesquelles ils auraient tenté de rendre le forfait économique moins attrayant aux yeux des clients intéressés.

La Presse canadienne

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES