Lundi, 15 juillet 2024

Actualités

Temps de lecture : 2 min 38 s

Jean-Paul Boucher quitte en laissant une municipalité en santé

Le 25 août 2017 — Modifié à 00 h 00 min le 25 août 2017
Par Karine Desrosiers

RETRAIT. Jean-Paul Boucher, maire de St-Gédéon, confirme qu'il ne sollicitera pas de troisième mandat le 5 novembre prochain. Il quitte la vie politique avec le sentiment du devoir accompli tout en laissant derrière lui une municipalité en très bonne santé.

Même s'il n'est pas natif de St-Gédéon, Jean-Paul Boucher y a son cœur et son âme d'attaché alors que sa famille y possède une résidence d'été depuis plus de 40 ans et lui-même, à la retraite, est venu s'établir sur le bord du lac.

Après un mandat comme conseiller, il avait fait une tentative à la mairie en 2005, sans succès. Cependant, lors de l'élection de 2009, il avait été élu et fut également réélu en 2013.

« J'ai toujours dit que je ferais deux ou trois mandats, au plus. Là, c'est le temps de passer à autre chose. Des événements dans ma vie personnelle, dont le décès de ma fille il y a deux ans, font que je veux me rapprocher des miens et prendre du bon temps avec eux. Je veux pouvoir profiter de notre condo en Floride plus de deux semaines par année. Là, je prends six mois sabbatique pour me reposer et après on verra, mais j'ai déjà des offres sur la table », lance d'un trait Jean-Paul Boucher.

Cœur gros

C'est le cœur serré qu'il a confirmé à TRIUM MÉDIAS son retrait de la vie politique: « Cette annonce que je te fais, ça vient me chercher au fond du cœur. Mais les événements des deux dernières années m'incitent à penser à moi, à mon épouse, à mon garçon et à mes petits-enfants », confie avec émotion Jean-Paul Boucher.

Ce dernier affirme avoir tout fait en son possible, à l'intérieur des sommes d'argents disponibles, pour faire avancer sa municipalité.

D'ailleurs, dès son élection en 2009, il a amorcé la révision du Plan directeur de développement et la relance des différents comités internes à la municipalité.

« Ce n'est pas le maire qui fait tout: autour de la table, ça prend de bons conseillers pour trouver les bonnes solutions. Moi, ma devise est tout simplement ''Ensemble, on va aller plus loin ! ''», résume Jean-Paul Boucher pour qualifier son style d'administration.

Ce dernier n'a pas l'intention de se mêler de la prochaine campagne électorale, mais il a bien hâte de voir les programmes des candidats.

« St-Gédéon a un air d'aller et le prochain conseil devra assumer la continuité », de conclure Jean-Paul Boucher.

Deux dossiers inachevés !

Jean-Paul Boucher exprime deux grands regrets en rapport avec ses huit ans comme maire, soit le projet de création d'un centre récréatif communautaire qui a échoué, mais surtout, l'inaction du gouvernement à annoncer le projet du Parc des Îles dont tous les éléments sont pourtant ficelés depuis plusieurs mois déjà.

Dans le dossier du Centre récréatif communautaire, tout semblait pourtant bien s'attacher. Cependant, l'opposition de quelques citoyens aurait forcé la tenue d'un référendum, risquant notamment de faire perdre l'argent que le député Alexandre Cloutier avait négocié.

« Pour que nos jeunes puissent avoir un gymnase adéquat, on a abandonné notre projet pour s'assurer que l'école serait rénovée et que les jeunes auraient leur espace de jeu », lance le maire Boucher

Inaction

Cependant, le dossier qui l'irrite le plus, c'est celui du Parc des Îles dans lequel il a mis tant d'énergie.

« Je ne comprends pas pourquoi ça retarde, tout est final depuis plusieurs mois déjà. À chaque fois que je m'informe au bureau du PM, on me donne des raisons qui ne tiennent pas debout. Pour nous, tout le développement du Rang des Îles, incluant les projets dans le secteur du golf », se met en rogne Jean-Paul Boucher quand il en parle.

D'ici la fin de son mandat, le 5 novembre, il serait l'homme le plus heureux de la terre si ce projet était annoncé.

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES