Lundi, 22 juillet 2024

Actualités

Temps de lecture : 1 min 22 s

Ouverture d’une boutique ­Chlorophylle à ­Jonquière - Frank ­Cloutier ambitieux malgré la pandémie

Le 19 mars 2021 — Modifié à 09 h 53 min le 19 mars 2021
Par Diane Lemieux

YOHANN HARVEY-SIMARD yohann.harvey.s@trium.media

Une nouvelle boutique ­Chlorophylle ouvrira ses portes au centre commercial ­Place ­Centre-ville de ­Jonquière à la ­mi-mars.

Propriétaire du ­Go ­Sport et ­Chaussures ­POP de ­Place ­Centre-Ville ­Jonquière, ­Frank ­Cloutier a décidé d’ajouter une corde à son arc en faisant l’achat d’une franchise ­Chlorophylle. Les locaux de la nouvelle succursale seront d’ailleurs voisins de ceux des commerces qu’il possède déjà.

Un bon moment

Même s’il admet d’emblée que la pandémie n’offre pas les conditions idéales pour se lancer, ­Frank ­Cloutier estime que la situation reste propice à l’ouverture d’une nouvelle boutique.

« ­Je pense que ­Jonquière est actuellement un bon marché. Avant, les gens venaient de partout autour du lac pour aller magasiner à ­Chicoutimi, mais ce n’est plus le cas. Maintenant, si les gens peuvent trouver à ­Jonquière, ils vont aller à ­Jonquière ».

D’autant que ­Jonquière possède une population de 60 000 habitants, ­souligne-t-il au passage.

Bien qu’il observe cette tendance depuis un certain temps déjà, ­Frank ­Cloutier considère que la pandémie ne l’a qu’accentuée. Selon lui, les gens sont beaucoup plus craintifs à l’idée de fréquenter les grands centres commerciaux et préfèrent se rendre chez des commerces de proximité qui ont leur propre porte extérieure, comme c’est le cas pour ses boutiques.

De plus, l’achat local est à son avis une habitude qui est là pour rester.

Il ajoute par ailleurs que l’engouement actuel pour les activités de plein air est un autre facteur favorable à l’ouverture d’un commerce tel que ­Chlorophylle.

Complémentarité

Frank ­Cloutier estime que le fait d’être franchisé pour ses trois commerces lui donne la marge de manœuvre nécessaire pour offrir un éventail de prix particulièrement varié.

« ­En faisant une publicité assez constante et avec des prix assez incroyables, ça va amener un achalandage différent dans les trois boutiques. Et puis,  je sais que quand je distribue un circulaire pour l’une ou l’autre des boutiques, les deux autres en profitent », ­fait-il valoir.

Si ses trois boutiques seront complémentaires entre elles, ­Frank ­Cloutier soutient qu’elles le seront aussi par rapport aux autres boutiques de sport du secteur.

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES