Dimanche, 14 juillet 2024

Actualités

Temps de lecture : 1 min 24 s

Élections fédérales 2021 : Marjolaine Étienne souhaite travailler pour et avec la population

Janick Émond
Le 27 août 2021 — Modifié à 10 h 00 min le 27 août 2021
Par Janick Émond - Journaliste

Marjolaine Étienne pourrait bien devenir la première femme issue d’une communauté autochtone à être élue dans la circonscription de Lac-Saint-Jean.

Expliquant qu’il s’agit de valeurs qui lui tiennent à cœur, la candidate du Parti Libéral du Canada articulera notamment sa campagne autour du développement économique régional ainsi que de la réconciliation avec les peuples autochtones.

Sur ce dernier point, elle ajoute que « beaucoup de travail reste à faire », mais estime toutefois que son parti s’est jusqu’à présent montré à la hauteur. Elle donne entre autres en exemple les récents travaux menés par la Commission de vérité et réconciliation du Canada.

Campagne inclusive

Bien que la candidate d’origine innue souhaite prendre de front la question autochtone, elle insiste sur le fait qu’elle s’est portée candidate pour représenter les intérêts de l’ensemble de la population.

« J’ai très hâte de rencontrer la population autochtone et non autochtone dans leur milieu, mais j’ai surtout hâte de les entendre. Je souhaite porter les dossiers qui les concernent là où se prennent les décisions. J’entends travailler avec et pour la population », indique-t-elle.

Elle affirme ainsi vouloir prendre le pouls des citoyens de sa circonscription avant de se commettre dans quelques propositions plus concrètes.

« Je peux avoir certaines idées, mais je souhaite d’abord entendre celles des acteurs des différents secteurs économiques pour avoir un portrait des besoins réels de la région », explique-t-elle.

Une femme expérimentée

Marjolaine Étienne n’en est pas à sa première expérience en politique. En ce sens, elle laisse entendre que sa carrière au sein du Conseil de bande de Mashteuiatsh à titre de conseillère et de vice-cheffe aux affaires extérieures constitue pour elle un atout considérable.

« J’ai déjà eu beaucoup de responsabilités politiques, notamment dans le développement de l’économie, où j’ai participé à des projets qui ont eu d’importantes retombées dans les communautés », fait-elle valoir.

Rappelons également qu’en décembre 2020, Marjolaine Étienne fût nommée par le Secrétaire général de l’ONU comme conseillère pour le Fonds de contribution volontaire des peuples Autochtones.

Elle a toutefois mis sur pause ses activités à ce poste pour la durée de sa campagne.

 

 

 

 

 

 

 

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES