Lundi, 15 juillet 2024

Actualités

Temps de lecture : 1 min 20 s

24 résidences privées d’eau potable à Hébertville: "c'est inconcevable" - Marc Richard

Yohann Harvey Simard
Le 04 février 2022 — Modifié à 17 h 20 min le 04 février 2022
Par Yohann Harvey Simard - Journaliste de l'Initiative de journalisme local

Le maire d’Hébertville, Marc Richard, n’a pas dit son dernier mot au sujet du raccord au réseau municipal d’aqueduc de 24 résidences, lesquelles sont toujours privées d’eau potable. Il en fait une priorité en 2022.

Rappelant qu’il s’agit d’un dossier qui traîne depuis 2008, il dénonce avec véhémence les lenteurs du processus.

« Je croyais qu’on allait enfin pouvoir régler ça en 2021. […] C’est évident qu’on a encore fait des représentations auprès de Saint-Bruno, qui est le maître d’œuvre de l’entente intermunicipale », mentionne-t-il.

Rappelons qu’adoptée en 2009, cette entente devait permettre l’approvisionnement en eau potable des trois municipalités membres, soit Saint-Bruno, Larouche et Hébertville-Station. Initialement exclue de l’entente, Hébertville l’a finalement rejointe en 2017 conformément à la volonté de Marc Richard, qui qualifie « d’inconcevable » le fait que 24 foyers soient toujours privés d’eau potable en 2022.

Néanmoins, le maire ne possède qu’une marge de manœuvre limitée. En ce sens, il rappelle que c’est à Saint-Bruno que revient la responsabilité de mettre en œuvre les travaux nécessaires au branchement des 24 résidences, situées dans les rangs Saint-André et Saint-Isidore.

« C’est eux qui ont le mandat, c’est donc à eux de nous réunir et de faire le travail pour que ça fonctionne », insiste-t-il.

Incompréhension

Marc Richard n’a par ailleurs pas été convaincu par les résultats de l’étude de préfaisabilité récemment menée par un hydrogéologue.

« On a investi beaucoup d’argent pour voir si c’était possible, mais lorsqu’on a été rendu à faire le branchement final, l’hydrogéologue a conclu que ce n’était pas possible de brancher les 24 propriétés parce que ça pourrait mettre la source d’eau en péril. »

Or, Marc Richard souligne que « ce n’est pas une usine ni une ferme laitière de 500 têtes qu’on veut brancher, c’est 24 résidences pour avoir de l’eau potable. »

Exigeant de plus amples explications, il affirme avoir de la difficulté à comprendre « qu’on envoie du monde sur la lune, mais qu’on ne soit pas cabale de connecter 24 résidences à l’eau potable en 2022. »

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES