Vendredi, 19 juillet 2024

Actualités

Temps de lecture : 1 min 27 s

Deux CLSC pourraient fermer définitivement

Le 24 septembre 2021 — Modifié à 08 h 50 min le 24 septembre 2021
Par Julien B. Gauthier

Les mauvaises nouvelles fusent dans le monde de la santé de la région. Après la démission de neuf infirmières à Roberval, les maires de Métabetchouan-Lac-à-la-Croix et de l’Ascension-de-Notre-Seigneur craignent la fermeture définitive de leur CLSC.

Au cours des dernières semaines, les maires Louis Ouellet et André Fortin ont été mis au courant de rumeurs de fermeture.

« J’ai eu des échos comme quoi le CIUSSS envisagerait de ne pas ramener les services infirmiers dans deux CLSC : celui du secteur sud et du secteur nord. On veut s’assurer qu’ils ne mettent pas la hache dans ces services. La ruralité en a besoin. Si c’est le cas, on va dénoncer vigoureusement », fait valoir le maire de l’Ascension, Louis Ouellet.

Ces deux CLSC ne desservent pas que les citoyens de ces deux municipalités. Ils desservent l’ensemble de la population des secteurs nord et sud de la MRC de Lac-Saint-Jean-Est.

Ils ont temporairement cessé leurs activités pendant la pandémie. Depuis, les citoyens doivent se rendre à Alma afin d’obtenir des services tels que des prélèvements ou encore des changements de pansements.

Inquiétudes

Les CLSC du secteur sud de Métabetchouan-Lac-à-la-Croix est fermé depuis le début de la pandémie. (Photo : Trium Médias - Julien B. Gauthier)

Le maire de Métabetchouan-Lac-à-la-Croix, André Fortin confirme lui aussi avoir été mis au fait des rumeurs de fermeture, et ce, depuis un peu plus d’un mois.

« Ce qu’on entend dire, c’est que les CLSC ne rouvriraient probablement pas après la pandémie. Ça nous inquiète. Lorsqu’un enfant est malade, si notre mère est malade, on veut être desservis. Là, on doit se rendre à Alma. Notre population est vieillissante. Ce n’est pas tout le monde qui peut se déplacer aussi facilement », signale le maire.

Dès qu’André Fortin a entendu les rumeurs, la municipalité de Métabetchouan-Lac-à-la-Croix a aussitôt contacté le Centre intégré universitaire de santé et services sociaux CIUSSS du Saguenay—Lac-Saint-Jean (CIUSSS).

« On nous a dit que leur intention était de les rouvrir, mais qu’ils n’étaient pas sûrs d’avoir les personnes en raison du manque de main-d’œuvre. Nous, ce qu’on souhaite, c’est qu’ils rouvrent le plut tôt possible », explique-t-il.

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES