Samedi, 13 juillet 2024

Actualités

Temps de lecture : 1 min 14 s

Deux CLSC pourraient fermer : « Une situation inacceptable », fustige André Paradis

Le 24 septembre 2021 — Modifié à 08 h 55 min le 24 septembre 2021
Par Julien B. Gauthier

Le conseil de la MRC de Lac-Saint-Jean-Est dénonce vigoureusement ces possibles fermetures. Il demande du même coup au CIUSSS que les effectifs reviennent dans les points de service le plus tôt possible.

Une résolution a notamment été prise, le 14 septembre dernier, ayant pour but de demander au CIUSSS de maintenir les services en place.

« Ce serait inacceptable de voir fermer un service comme celui-là, particulièrement en secteur rural. Déjà, dans le passé, la MRC avait souligné l’importance de maintenir en place ces centres de services là. Mais encore aujourd’hui, on entend bouger les feuilles. On ne prend pas de chances et on dénonce immédiatement cette situation-là. Ce qu’on demande au CIUSSS, c’est de laisser en place ces services pour nos communautés », affirme le préfet de la MRC de Lac-Saint-Jean-Est, André Paradis.

Pas de fermeture prévue, dit le CIUSSS

La porte-parole du CIUSSS du Saguenay–Lac-Saint-Jean, Simone Lalancette, admet que la pénurie de main-d’œuvre cause certains problèmes liés au bon fonctionnement et au maintien des services essentiels.

« Il n’y a pas de fermetures définitives des points de service des CLSC de Métabetchouan-Lac-à-la-Croix et l'Ascension d’envisagées pour l'instant », soutient-elle.

« Nous mettons donc en place depuis plusieurs mois d'autres solutions et devons compter sur notre panier de service régional et nos corridors de services en place pour assurer des services accessibles à l’ensemble de la population. Ainsi, depuis le début de la pandémie, nous avons rapatrié nos ressources à l'Hôpital d'Alma afin d'optimiser les soins et les ressources. La prestation de soins est donc offerte dans les centres de prélèvements à Alma et aux services courants de l'Hôpital d'Alma. À terme, nous avons la volonté de reprendre les services, mais nous ne sommes pas en mesure de nous avancer sur un échéancier en raison de la situation actuelle ».

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES