Samedi, 13 juillet 2024

Chroniques

Temps de lecture : 2 min 22 s

La face cachée du Zoo Sauvage de Saint-Félicien

Le 14 juillet 2015 — Modifié à 00 h 00 min le 14 juillet 2015
Par Karine Desrosiers

EXPÉRIENCE. Le Zoo de Saint-Félicien arrive au second rang de notre sondage sur les merveilles du Saguenay—Lac-Saint-Jean, très près derrière la Fabuleuse histoire d'un royaume.

« Le véritable sondage vient de débuter pour nous. Durant toute la saison estivale, nous allons écouter les commentaires constructifs de nos visiteurs. Nous voulons leur offrir une expérience. Nous sommes plus qu'un zoo. Le fait de ne pas avoir de barreaux et d'avoir offert des habitats naturels à nos animaux et d'offrir à nos visiteurs une balade dans la forêt afin d'observer les animaux à bord du train des sentiers de la nature fait notre force. Les visiteurs recherchent de l'authenticité », mentionne Lauraine Gagnon, directrice générale du Zoo sauvage de Saint-Félicien.

En réunissant des employés passionnés, un site enchanteur et adapter à la famille et des animaux dans leur contexte naturel, on obtient bien plus qu'un zoo, mais une expérience. Voilà ce que le Zoo sauvage de Saint-Félicien offre à ses visiteurs de la région, mais également de l'extérieur.

Dans un monde ou tout va très vite, le Zoo Sauvage veut que les visiteurs prennent leur temps : « On a tendance à aller vite parfois. On veut voir plusieurs choses, mais on en manque également plusieurs. Notre bébé macaque et sa mère ont offert des scènes magnifiques à nos visiteurs cette semaine. Si l'on prend le temps d'observer l'animal, on pourra également observer son comportement. Voir comment il interagit avec ses semblables et assister à certains moments magiques », souligne Mme Gagnon.

Le Zoo sauvage souhaite mettre d'avant des infrastructures afin de permettre ces moments de détente aux familles. Le nouvel espace familial est le premier jalon de la transformation du zoo : « Des espaces aérés, du mobilier confortable fabriqué sur mesure et des abris polyvalents. Bref, nous allons insister afin que les gens prennent du temps. Il n'est plus question que nos visiteurs quittent le Zoo sauvage fatigué. Nous les voulons heureux, reposés, fiers d'avoir appris des choses et d'avoir vu des scènes époustouflantes », souligne la directrice générale.

Liberté

Le Zoo Sauvage a toujours voulu faire preuve d'une grande transparence. Dans cette optique, divers ateliers ont été créés afin de bonifier l'expérience de base : « Nous avons ouvert nos portes en hiver et même la nuit à nos visiteurs. Les possibilités sont grandes. Nous offrons également la possibilité à nos visiteurs de participer à la réalisation des collations des animaux ou de suivre nos naturalistes dans les coulisses. Dans un premier temps, nos décisions sont prises afin d'assurer le bien-être de nos animaux. Par la suite, nous développons de nouveaux produits qui bonifieront l'expérience », explique Lauraine Gagnon.

L'aspect liberté est important pour les gestionnaires du zoo. Les animaux peuvent se promener à la vue de tous, mais aussi se réfugier s'ils le désirent : « Nos animaux ont leur mot à dire. Ils ne sont pas pris devant public. Quand on prend soin de nos animaux, on peut les garder longtemps avec nous. Nous avons des vétérinaires, des techniciens en santé animale, des entraineurs et des gardiens afin de prendre soin de notre collection animale. Nous sommes choyés d'avoir dans notre région un attrait de cette qualité qui est accrédité par l'AZAC (Aquariums et Zoos Accrédités du Canada). Il faut que les gens se l'approprient et qu'ils en fassent la promotion », conclut Mme Gagnon.

À LIRE ÉGALEMENT

Au Saguenay-Lac-St-Jean, la Fabuleuse arrive en tête

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES