Économie

Temps de lecture : 1 min 49 s

Inflation dans la région

Le volume d’aliments acheté en baisse

Le 26 février 2024 — Modifié à 09 h 01 min le 26 février 2024
Par Maxime Hébert-Lévesque - Journaliste

Le volume d’aliments acheté en baisse

L’inflation qui touche le Québec depuis les dernières années modifie les habitudes d’achat des consommateurs de la région. Parmi les changements observés, la baisse du volume de nourriture achetée au cours de la dernière année.  

C’est ce que met en lumière le professeur en marketing du département des sciences économiques et administratives de l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC), Damien Hallegatte.

« La donnée qui a attiré particulièrement mon intention est celle du volume d’aliments acheté lors des douze derniers mois. En août 2023, dans un article que j’ai consulté, on indiquait que les Canadiens avaient dépensé 5,8% de plus pour leurs denrées alimentaires. Il s’agit d’une statistique qui ne m’étonne pas vu que le prix des aliments a augmenté, mais on soulignait aussi que les Canadiens avaient réduit leur volume d’achat, c’est-à-dire les articles par panier, de 3,6% au cours de la même période », explique Damien Hallegatte.

Selon le professeur, cette statistique ne peut s’expliquer que de deux manières: le consommateur moyen gaspille moins et a donc moins besoin d’acheter ou il ne mange pas à sa faim.

« C’est quand même énorme 3,6% moins d’articles par panier. Les gens courent de plus en plus les soldes et les stratégies de gel de prix chez les grandes bannières sont de moins en moins rares. Une autre preuve qui indique que les consommateurs cherchent à réaliser des économies, ce sont tous ces Provigo qui sont devenus des bannières au rabais, Maxi. »

L’inflation ne fait pas bon ménage avec l’achat local

Damien Hallegatte a pu observer que les postes de dépenses changent en période de forte inflation comme depuis la pandémie. Il souligne que les secteurs qui sont les plus touchés sont : les articles de mode, les jouets et gadgets, les vêtements, les chaussures, les cosmétiques et les produits de beauté.

« Ce constat se fait sur l’ensemble du territoire québécois. Un Saguenéen et un Trifluvien vivent l’inflation de la même manière », précise-t-il.

Le chercheur note que la pression exercée par l’inflation sur le portefeuille du consommateur lui fait oublier « ses bonnes habitudes d’achat ».

« Il semble qu’à cause de l’inflation, les consommateurs ont délaissé, l’habitude ancrée depuis la pandémie, d’acheter local. Les gens veulent acheter moins cher et abandonnent l’achat responsable et local au profit d’économies substantielles », indique-t-il en concluant que l’achat écoresponsable est également en recul.

Rappelons que selon Statistique Canada, l’indice des prix à la consommation (IPC) a augmenté de 3,9% pour 2023. Pour l’année 2022, l’IPC était de 6,8% et en 2021, l’organisme observait une progression de 3,4%. Les Canadiens ont donc déboursé en moyenne 14 % de plus pour leurs produits qu’il y a trois ans.

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES