Lundi, 15 juillet 2024

Sports

Temps de lecture : 1 min 20 s

Nicolas Perron, un jeune cycliste handicapé, motivé et tenace

Le 27 juillet 2010 — Modifié à 00 h 00 min le 27 juillet 2010
Par normand simard

Nicolas Perron du secteur de Lac-à-la-Croix, atteint de paralysie cérébrale, ne se laisse pas perturber par ce qu’il appelle un contretemps de la vie. Il ne parle pas d’handicap mais plutôt d’un accident qu’il a subi à la naissance.

Au cours du dernier été, il a multiplié les heures d’entraînement aux guidons de son vélo spécialement adapté et qu’il peut propulser avec l’usage de ses bras. Un exemple de courage et de ténacité d’un jeune homme qui ne s’est jamais laissé abattre et décourager par cette paralysie, Nicolas Perron veut regarder en avant.

Maintenant âgé de 27 ans, il a découvert que l’entraînement, chaque jour et le kilométrage qu’il s’est imposé, soit plus de 50 à 75 km par semaine, lui était d’un grand secours à tous les plans : « Physiquement, je me sens mieux. Ma musculature du haut du corps est meilleure que jamais et, surtout, au plan mental, je me sens bien. Quand je roule à vélo, je me retrouve dans un monde positif et je trouve cela très valorisant », a-t-il mentionné.

En somme, le vélo, c’est la pleine liberté : « Je me sens libre comme l’air du temps quand je roule et cela me permet de rencontrer et d’échanger avec des gens. Je circule beaucoup sur la Véloroute des bleuets et je me fais souvent accoster. Les gens me questionnent et m’encouragent à continuer », de dire encore Nicolas Perron.

Maintenant un résidant de Lac-à-la-Croix, le cycliste est le fils de Guylaine Simard et André Perron d’Alma, deux personnes importantes pour lui et qui, à des dires, continuent à le supporter.

Lors des saisons plus froidse de l’hiver, du printemps et de la fin de l’automne, Nicolas rémise son vélo et utilise une marchette avec des skis en dessous.

Bref, Nicolas Perron reste un exemple pour les jeunes ainsi que les personnes qui vivent avec un handicap physique, ou autre.

790

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES