Lundi, 22 juillet 2024

Sports

Temps de lecture : 1 min 34 s

Marc Villeneuve carbure aux épreuves d'endurance

Le 27 août 2014 — Modifié à 00 h 00 min le 27 août 2014
Par laurie fortin

IRONMAN. Quelques jours après avoir participé au IronMan de Mont-Tremblant, Marc Villeneuve pourrait bien penser au repos mais il entrevoit plutôt la future saison avec enthousiasme et compte participer aux triathlons olympiens présentés dans la région et certains à l'extérieur.

Marc Villeneuve était bien fier de pouvoir compléter le défi qu'il s'était fixé. Victime d'une blessure au cours des derniers mois, il a joué de prudence pour la dernière étape en y allant avec un demi-marathon plutôt qu'un marathon complet.

«Disons que je n'avais pas eu le temps de m'entraîner comme il aurait fallu. C'est le manque d'entrainement et non la forme qui m'a arrêté», explique Marc Villeneuve. Anecdote: quand il est entré dans l'eau, il a reçu un coup de pied d'un autre nageur au visage, comme de quoi il ne faut pas avoir peur des pelotons lorsqu'on nage dans les épreuves du genre.

«Un kayakiste m'a sorti de l'eau le temps que je reprenne mes esprits», précise celui qui a gardé une marque de cette épisode quelques jours durant.

Mode de vie

C'est une suite d'événements qui a mené Marc Villeneuve à s'entraîner de cette façon. À 40 ans, pesant 228 livres, il souhaite changer de mode de vie. Six fois participant au Grand défi Pierre Lavoie tout comme à plusieurs événements d'importance, à 52 ans et pesant 172 livres, on peut dire qu'il a réussi.

«Plus on en fait, plus on veut en faire. C'est une drogue! Plus tu avances dans ton entraînement plus tu franchis des étapes dans ta mise en forme. Tu te fixes de nouveaux objectifs. Ça donne l'impression de ne pas vieillir», confie Marc Villeneuve qui au fil du temps s'est découvert des qualités d'endurance.

Réaliste, il convient toutefois que sa passion lui demande beaucoup de temps mais pour lui, ce n'est pas des sacrifices à faire. Le plaisir de participer à un Ironman pour lui réside dans les mois précédents l'événement et non l'événement en lui-même.

«Pendant 10 mois avant un événement, je m'entraîne de 10 à 15 heures par semaine. Une journée type peut être de me lever, aller nager 1 heure, faire du vélo deux heures le soir et terminer avec de la course. Il faut être discipliné, avoir une bonne alimentation, ça demande beaucoup», conclut-il.

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES