Lundi, 15 juillet 2024

Sports

Temps de lecture : 2 min 3 s

Le programme de réanalyses du CIO révèlent 45 autres cas de dopage

Le 22 juillet 2016 — Modifié à 00 h 00 min le 22 juillet 2016
Par

Le Comité international olympique (CIO) a révélé quarante-cinq autres cas de dopage, dont 23 médaillés des Jeux de Pékin en 2008, à la suite des réanalyses des échantillons prélevés lors des deux derniers Jeux olympiques.

Ces nouveaux cas portent à 98 le nombre total des athlètes qui ont échoué les contrôles jusqu'ici dans la série de réanalyses des échantillons conservés des Jeux de Pékin et de Londres en 2012.

Le CIO a précisé qu'en utilisant «les plus récentes méthodes d'analyse scientifique», la dernière série des réanalyses a produit 30 résultats positifs «provisoires» à Pékin et 15 positifs confirmés à Londres.

Aucun nom n'a été dévoilé.

Le CIO conserve les échantillons pendant 10 ans afin qu'ils puissent être réanalysés lorsque de nouvelles méthodes deviennent disponibles, ce qui signifie que les tricheurs qui ont échappé à la détection à l'époque peuvent être attrapés des années plus tard.

Le programme de réanalyses a ciblé les athlètes en lice pour participer pour les prochains Jeux olympiques à Rio de Janeiro, mais a également été élargi pour viser également de nombreux médaillés.

«Tous les athlètes, dont il est établi qu'ils ont enfreint les règles antidopage, seront exclus des compétitions» aux Jeux de Rio, a déclaré le CIO.

Cette annonce intervient au moment où le CIO étudie la possibilité de suspendre la Russie des Jeux olympiques de Rio dans la foulée des allégations de dopage systématique avec la complicité de l'État.

Jeudi, le Tribunal arbitral du sport a maintenu la suspension imposée par l'IAAF aux membres de l'équipe russe d'athlétisme pour les JO. La commission exécutive du CIO a prévu tenir une réunion, dimanche, à la suite des demandes des organismes antidopage d'exclure totalement la Russie de Rio.

Le CIO a rappelé que la précédente vague de réanalyses avait donné 30 cas positifs à Pékin et 23 à Londres. Le Comité olympique russe a reconnu que 22 de ces cas concernaient des athlètes russes, y compris des médaillés.

Un total de 1243 échantillons ont été réanalysés jusqu'à présent dans le cadre des deux premières vagues du programme.

Les 30 nouveaux cas enregistrés à Pékin impliquent des athlètes de quatre sports et huit pays.

Les 15 athlètes pris dans les nouvelles réanalyses de Londres représentent deux sports et neuf pays. Le CIO n'a pas dévoilé s'il y avait des médailles parmi ceux-ci.

Une troisième et quatrième séries de réanalyses se poursuivront pendant et après les Jeux de Rio.

«Ces nouvelles analyses témoignent une fois encore de la volonté du CIO de lutter contre le dopage», a réagi le président du CIO, Thomas Bach, dans un communiqué.

Jusqu'ici, une seule athlète a été disqualifiée par le CIO dans le cadre de ce programme.

La semaine dernière, l'haltérophile ukrainienne Yulia Kalina a dû remettre sa médaille de bronze remportée aux Jeux de Londres après un contrôle positif au turinabol, un stéroïde.

The Associated Press

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES