Lundi, 15 juillet 2024

Sports

Temps de lecture : 2 min 13 s

Trois finales des jeux, deux sports différents

Le 01 mars 2017 — Modifié à 00 h 00 min le 01 mars 2017
Par

SKI ALPIN. Se qualifier pour la finale des Jeux du Québec représente un très bel accomplissement pour une jeune athlète. Se qualifier à trois reprises pour cette finale est quelque chose d’extraordinaire. Mais le faire dans deux disciplines différentes est un exploit que peu peuvent se vanter d’avoir réalisé, mais c’est le cas pour la jeune Eliot Côté qui représentera l’Estrie en ski alpin cette année.

Marie-Michèle Coutu, collaboration spéciale

Depuis qu’elle est âgée de deux ans qu’Eliot Côté pratique le ski alpin, mais c’est seulement cette année qu’elle a réalisé que la Finale des Jeux du Québec était un objectif réalisable pour elle dans cette discipline. Par contre elle n’est pas étrangère à ces jeux puisqu’elle y a participé à deux reprises (2014, 2016) en BMX, raflant 4 médailles sur son passage. 

Des modèles familiers

Eliot a eu de beaux modèles pour commencer à faire du ski. Son père, Jérôme Côté, l’a grandement influencée dans son début de carrière.

« Mon père faisait de la course lorsqu’il était plus jeune, ça m’a donc amenée vers le ski alpin », raconte la jeune skieuse, large sourire au visage.

C’est un peu la même chose qui s’est déroulée en BMX. Par contre, cette fois-ci, ce sont ses frères qui l’ont motivée à devenir une adepte de ce sport de course. « Mes frères ont commencé à en faire et je trouvais ça plate les regarder alors j’ai commencé moi aussi à faire du BMX. »

Du succès venu rapidement

Lorsqu’Eliot s’est rendue du côté de Longueuil pour sa première Finale des Jeux du Québec en 2014, ça faisait seulement un an qu’elle pratiquait ce sport de vélo. Mais pour une athlète comme elle, c’était assez pour se démarquer, la preuve, elle est retournée à la maison avec deux médailles au cou, une d’argent et l’autre de bronze.

Lors des derniers jeux d’été, à Montréal, Eliot a fait encore mieux avec une médaille d’or ainsi qu’une d’argent. Le plus impressionnant dans cette belle histoire est que lors de ces conquêtes, la jeune athlète faisait du BMX depuis seulement quatre ans, et sur ces années, elle a décidé d’en prendre une sabbatique.

Elle a donc exercé son sport pendant seulement trois ans avant de se voir monter sur la plus haute marche du podium. Pour les jeux de cette année, en ski alpin, Eliot vise un top 15 et selon son entraîneuse, c’est un objectif atteignable pour la jeune athlète polyvalente.

Un calme olympien

Comme lors de chaque compétition, Eliot reste extrêmement zen et tente de profiter du moment présent sans trop s’en faire avec le reste. « Je suis venue ici pour avoir du plaisir et pour profiter de mon expérience aux jeux. »

Sa mère, Kizzy Simoneau, pense que la naïveté que sa fille détient est un atout important dans ses sports et l’aide a remporté des courses. « Eliot est peut-être un peu naïve, elle arrive à la ligne de départ, la tête vide, sans aucun tracas, pas de pression et descend la piste avec plaisir et ça rapporte » comme le démontre ses médailles aux jeux précédents.

Ce texte est produit en collaboration avec les étudiants d’Art et technologie des médias du Cégep de Jonquière.

CONSULTEZ NOTRE SECTION JEUX DU QUÉBEC

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES