Actualités

Temps de lecture : 2 min 23 s

Usine Alma : « La Parade orange, je l’ai fait pour que les gens se réveillent » — Cindy Dufour

Le 27 janvier 2012 — Modifié à 00 h 00 min le 27 janvier 2012
Par Karine Desrosiers

Usine Alma : « La Parade orange, je l’ai fait pour que les gens se réveillent » — Cindy Dufour

La grande Parade orange qui s’est déroulée hier soir à Alma a connu un succès monstre avec quelque 250 véhicules au départ. L’instigatrice de ce mouvement, Cindy Dufour, de l’Ascension, est on ne peut plus heureuse. « Cette manifestation, je l’ai faite pour que les gens se réveillent. C’est un cri du cœur pour nos emplois actuels et futurs », a-t-elle livré en commentaire quelques heures après la tenue de l’évènement.

« Les policiers sont venus me voir tout à l’heure pour me demander si on allait être juste quelques voitures. Je leur ai dit d’attendre que ça allait arriver », nous mentionnait hier Cindy Dufour, vers 18 h 30, soit 30 minutes avant le départ de la parade.

En quelques minutes, les automobiles sont arrivées de partout. Pour ceux qui n’avaient pas mis un ruban orange sur leur véhicule, on en distribuait et vers 19 h 05, près de 250 véhicules attendaient à la file indienne pour le grand départ.

Escorté de quatre véhicules de la Sûreté du Québec qui bloquaient les intersections pour permettre à la caravane de passer, les véhicules avec clignotants en marche et klaxon actionné ont emprunté l’Avenue des Pins pour saluer la cinquantaine de travailleurs devant les locaux du Syndicat des travailleurs de l’aluminium d’Alma qui agitaient pancartes et drapeaux devant un pareil appui de la population.

Poursuivant sa route, les automobilistes sont passés devant la ligne « officielle » de piquetage, à quelque 1500 pieds des terrains de la compagnie Rio Tinto Alcan.

Un passage par la rue Boudreault a permis de saluer une deuxième ligne de piquetage. Après quoi, rue Scott, Boulevard St-Judes, Route du Lac et retour par l’Avenue du Pont.

Chose certaine, la Parade orange a largement dépassé ses objectifs de départ et fait la démonstration de l’appui de la population envers la cause des travailleurs en lock-out de l’Usine Alma.

Pour la cause

« Je n’ai absolument aucun lien avec les employés si ce n’est un voisin qui travaille à l’Usine. Cette manifestation, c’est un coup de cœur, c’est un cri pour que les gens se réveillent et réalisent ce qui est en train de se passer avec une multinationale qui est dans sa tour de cristal et qui joue les pions à sa guise », lance Cindy Dufour.

Technicienne en loisirs pour la municipalité de l’Ascension, Cindy Dufour fait partie des jeunes qui se sont exilés à Montréal. Accro de sa région alors qu’elle est native de Dolbeau, c’est de son propre chef et avec son argent de poche qu’elle a décidé de revenir ici en région faire son stage pour finalement décrocher un emploi régulier à la municipalité.

« La cause des travailleurs de l’Usine Alma me touche beaucoup. Je regarde ces gars qui se mettent à nu et qui se privent de leur salaire pour faire en sorte que nous, les jeunes, on puisse continuer à bénéficier de bons salaires dans notre région. C’est important, car si l’argent n’entre plus, ce sont tous les petits commerces qui vont devoir mettre à pied du monde et même fermer leurs portes, car il n’y aura plus d’argent qui va entrer », lance-t-elle avec émotion.

Chose certaine, son cri du cœur a été largement entendu et Cindy Dufour souhaite que de plus en plus de gens prennent position pour les employés.

Pour tous les détails de ces évènements et pour d'autres nouvelles, visitez régulièrement le www.lelacstjean.com ou inscrivez-vous à notre envoi quotidien.

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES