Dimanche, 16 juin 2024

Actualités

Temps de lecture : 1 min 47 s

En techniques policières: le Collège d'Alma offre la formule alternance travail-études

Le 22 août 2013 — Modifié à 00 h 00 min le 22 août 2013
Par Karine Desrosiers

Dans un contexte où les inscriptions plafonnent au niveau collégial, il faut innover pour devenir plus attractif. Ainsi, le Collège d’Alma implante la formule Alternance travail-études (ATE) dans le cadre de son populaire programme Techniques policières. Il s'agit ainsi d'une grande première au Québec. Cette nouvelle opportunité est offerte à tous les élèves qui ont déjà entamé leur cheminement ainsi qu’à ceux qui font leur entrée dans ce programme cet automne.

La formule ATE consiste en une alternance de sessions d’études et de stages rémunérés. Ainsi, en trois ans d’études techniques, les élèves auront la possibilité de réaliser deux stages d’été dans le domaine de la sécurité.

« Les entreprises qui vont les embaucher sont entre autres les grandes entreprises qui possèdent leur propre service de sécurité, les firmes de sécurité privées, ainsi que les réseaux naturellement exploités par les élèves pour leurs emplois d’été. Il y a énormément de postes intéressants qui vont être à combler dans ce secteur pour les prochaines années et les entreprises sont constamment à la recherche de diplômés compétents », explique Pierre Simard, conseiller pédagogique responsable de l’ATE au Collège d’Alma.

Les employeurs qui embauchent des stagiaires en ATE bénéficient d’un crédit d’impôt d’environ 45 %, selon un rapide calcul effectué par Pierre Simard.

Puisqu’ils n’auront pas leur permis de travail comme policier-patrouilleur, ils ne seront pas recrutés par les services de police durant leurs stages.

Pour les élèves, l’ATE constitue un avantage indéniable, comme l’explique d'autre part Claude Nicole, responsable de la coordination départementale du programme: « Les stages vont leur ouvrir des perspectives sur des emplois qu’ils connaissent peut-être moins, mais qui sont tout aussi passionnants. »

Qu’ils deviennent policiers ou qu’ils poursuivent dans le domaine de la sécurité, les stagiaires issus du Collège d’Alma en sortiront gagnants.

« L’agent de sécurité et l’agent de police travaillent en collaboration. C’est deux mondes différents, mais parallèles. La bonne compréhension du travail de l’un et de l’autre facilite beaucoup la coopération en situation de travail », explique Pierre Simard.

En plus de la meilleure connaissance des débouchés possibles à leur formation, les stagiaires vont pouvoir développer leur réseau de contacts et profiter d’un salaire concurrentiel.

Néanmoins, c’est l’expérience de travail qui constitue l’avantage le plus tangible pour les élèves qui, dès l’obtention de leur DEC, auront dans leur curriculum vitae près d’une année d’expérience de travail pertinente.

Chaque année, quelque 230 élèves évoluent au Collège d’Alma dans le programme Techniques policières. Cette formation se distingue notamment par le grand nombre d’heures consacré aux mises en situation et aux simulations.

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES