Samedi, 13 juillet 2024

Actualités

Temps de lecture : 1 min 30 s

Les offres se font nombreuses

Le 05 août 2014 — Modifié à 00 h 00 min le 05 août 2014
Par nancy desgagne

Le projet de 10 M$ de Patrick Girard de Produits Boréal et Dominique Tremblay a touché l'imaginaire des gens… et celui de la communauté d'affaires. Depuis l'annonce de son projet, M. Girard a reçu de nombreuses offres. Selon son évaluation, la moitié du montage financier est déjà assurée.

« C'est embêtant d'évaluer notre montage financier, mais si nous misons sur les différents programmes et la mise de fonds des actionnaires. Jusqu'à maintenant, nous atteignons 5 M$ sans problème », soutient Patrick Girard.

Le promoteur a été approché par des entreprises d'ici et d'ailleurs. « J'ai eu des offres étrangères et je ne suis pas gêné de cela, mais moi, je me concentre pour que le projet reste un projet québécois. Avant de vendre des parts à l'étranger, je vais m'assurer d'avoir une majorité de financements du Québec », affirme-t-il.

Des chaînes hôtelières majeures ont approché M. Girard. Une agence de voyages reconnue a également proposé de vendre le site pendant quelques années en échange d'une entente d'exclusivité. Rien n'est signé pour l'instant. Les promoteurs ne ferment aucune porte, mais ils attendent que le plan d'affaires soit achevé pour prendre une décision.

Rappelons que le projet est un complexe quatre saisons de 40 000 pieds carrés situé en bordure du lac Saint-Jean, dans le secteur de Saint-Cœur-de-Marie. Il comprendra un dôme géant qui recouvrera une piscine à l'eau salée avec un parc aquatique et une plage. Trois types d'hébergement devraient être offerts: des maisons dans les arbres, des petits bungalows et des troglodytes (des habitations à l'image de celles des Hobbits).

Été 2015

Les promoteurs visent toujours une construction en 2015 pour profiter du prochain été. « Nous allons peut-être être obligés d'y aller par phases en raison du temps limité dont nous disposons. Nous ne voulons pas perdre notre premier été en 2015. C'est court un an avec tout le travail qui nous reste à faire », mentionne Patrick Girard.

« Le Lac-St-Jean est une des destinations les plus demandées, mais il n'y a pas d'offres. Les gens pensent que nous ne réussirons pas à attirer autant de monde ici, mais les chaînes hôtelières pensent le contraire », conclut-il.

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES