Lundi, 15 juillet 2024

Actualités

Temps de lecture : 1 min 3 s

Arrestations par l'UPAC: le Parti libéral a changé, dit Philippe Couillard

Le 17 mars 2016 — Modifié à 00 h 00 min le 17 mars 2016
Par

Les arrestations de membres influents du Parti libéral du Québec et de l'ancienne vice-première ministre Nathalie Normandeau n'ont rien à voir avec la situation actuelle, a déclaré jeudi le premier ministre Philippe Couillard.

M. Couillard a insisté sur les réformes apportées ces dernières années aux règles de financement des partis politiques, qui ont changé le contexte.

 

Selon le premier ministre, l'abaissement du seuil maximal de contribution à 100 $ a été un élément déterminant qui a changé les façons de faire.

 

Lors d'un point de presse, M. Couillard a affirmé que les personnes arrêtées jeudi matin par l'Unité permanente anticollusion (UPAC) ont mené leurs activités dans un autre contexte.

 

Sans vouloir minimiser l'importance de l'événement, le premier ministre a souligné que cette rafle souligne l'indépendance des services policiers.

 

M. Couillard a reconnu l'impact de l'arrestation de Mme Normandeau, tout en limitant sa réaction à celle requise par ses fonctions.

 

«C'est certain qu'on voit l'aspect personnel mais étant donné mon rôle et mes fonctions, ma remarque doit se limiter à saluer l'indépendance du processus, la qualité également des actions menées par ces organismes là et souhaiter que justice soit faite avec tous les principes que ça comprend dans notre société», a-t-il dit.

 

Dans un échange avec la presse parlementaire, M. Couillard a déclaré que ces arrestations témoignent d'une autre époque.

 

«Le parti que je dirige actuellement a une pratique exemplaire en financement politique, on fait du financement populaire», a-t-il dit.

 

 

Alexandre Robillard, La Presse Canadienne

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES