Dimanche, 14 juillet 2024

Culture

Temps de lecture : 1 min 50 s

Deux artistes de la relève exposent au Centre d’art Langage Plus

Le 26 septembre 2012 — Modifié à 00 h 00 min le 26 septembre 2012
Par Karine Desrosiers

Le Centre d’art actuel Langage Plus d’Alma souhaite mettre en lumière le talent de deux jeunes artistes de la région. Créant chacun à leur façon, à partir de techniques et de points de vue différents, Jessy Bilodeau et Julien Boily suscitent une remise en question face à la société contemporaine.

Bien que leurs pratiques et leurs styles diffèrent, ils nous amènent à nous interroger face à la surconsommation. Ils incitent à la réflexion quant aux grands événements de notre ère. D’une part, Julien Boily présente «Les consommables», alors que Jessy Bilodeau propose des œuvres qu’il regroupe sous le thème «Fin de siècle». Ces expositions sont en cours jusqu’au 18 novembre, au Centre d’art actuel Langage Plus, situé au 555 rue Collard Ouest à Alma. Les heures d’ouverture de la galerie sont de 12h à 16h30 du mardi au samedi, de 13h à 16h le dimanche et sur rendez-vous.

«Les consommables» de Julien Boily

Dès son jeune âge, l’Almatois Julien Boily s’intéresse à l’art et en particulier à la peinture. Détenteur d’un baccalauréat interdisciplinaire en art de l’Université du Québec à Chicoutimi, il est membre du collectif Cédule 40. En 2010, il participe à un projet de résidence qui l’amène à travailler durant un mois dans un centre d’art en Alsace. Il expose aussi ses œuvres à divers endroits dans la région et ailleurs au Québec.

Il s’intéresse au savoir-faire des peintres du XVIIe siècle et intègre le style figuratif dans sa pratique. Il fait le choix de s’inspirer des contraintes et des préoccupations des artistes de cette époque, tout en adaptant son art à la vie d’aujourd’hui. Comme eux, il crée des natures mortes, mais en agençant des biens de consommation utilisés de nos jours et qui sont très éphémères. Il photographie et peint des objets et des appareils qui, précise-t-il, «sont produits avec l’obsolescence programmée».

«Fin de siècle» de Jessy Bilodeau

Étudiant finissant à la maîtrise en art à l’Université du Québec à Chicoutimi, Jessy Bilodeau a déjà présenté certaines de ses œuvres lors d’expositions collectives dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Utilisant des techniques mixtes, dont l’estampe, la sérigraphie et la peinture traditionnelle, il qualifie ses œuvres de semi-abstraites. Certaines de ses créations sont réalisées sur du papier japonais fait à base de fibres de mûrier, une technique expérimentale qui s’avère exigeante puisqu’il s’agit d’une matière très fragile. Il s’inspire des changements politiques et de divers événements à caractère historique pour guider sa création. «Passer de l’histoire à ma pratique en art est aussi essentiel pour moi, en tant que créateur, que de retourner à l’histoire, en passant par l’œuvre, en tant que spectateur», explique Jessy Bilodeau.

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES