Vendredi, 14 juin 2024

Faits divers

Temps de lecture : 1 min 49 s

Bébé oublié dans une auto: Le père accorde une entrevue à Paul Arcand

Le 06 septembre 2016 — Modifié à 00 h 00 min le 06 septembre 2016
Par Karine Desrosiers

SAINT-JÉRÔME. Le 17 août dernier, un bébé de moins d'un an est décédé dans la voiture de son père après que ce dernier l'eût oublié dans la voiture. Le père a accordé une entrevue exclusive au micro de Paul Arcand.

«Il tenait à accorder cette entrevue afin de démontrer qu'un tel drame pourrait arriver à d'autres personnes», a souligné d'entrée de jeu l'animateur.

«La vie était parfaite. Nous avions trois beaux enfants. J'avais repris le travail et cette journée-là je travaillais de la maison», explique celui-ci. Cette journée-là, le camp de jour pour les plus vieux était dans un autre endroit pour la dernière semaine. Contrairement à d'habitude, il est allé reconduire les plus vieux en premier. Il a pris un autre chemin, mais était convaincu d'être allé reconduire le petit à la garderie et s'est rendu à la maison où il travaillait cette journée-là. Il était environ 8 h. Le bébé est resté dans l'auto. À la fin de la journée vers 16 h 30, il est retourné au véhicule pour aller à la garderie. «Le siège est gros et est face à l'arrière, on ne voit pas le bébé dedans et il n'y a aucune odeur, il fait chaud, il baisse les fenêtres.

Arrivé à la garderie, il est entré. «Je dis bonjour à la personne à l'accueil et elle me dit le petit n'est pas venu aujourd'hui. J'ai réalisé mon erreur, je me suis précipité à l'extérieur et j'ai vu sa petite tête. Je l'ai pris et j'ai crié comme je n’ai jamais crié». Les secours ont été appelés, des gens ont pris le bébé et ont tenté des manœuvres. Il raconte avec beaucoup d'émotions ces moments. Arrivé à l'hôpital où sa conjointe l'a rejoint. On leur a laissé du temps avec le bébé. «Ma copine lui parlait comme s'il dormait. J'étais incapable d'expliquer à ma conjointe ce qui était arrivé. Je n'ai pas juste la douleur d'avoir perdu mon bébé, mais celle d'en être responsable», a confié ce dernier en pleurant à Paul Arcand.

Il ajoute que sa blonde ne l'a jamais engueulé et ils ont expliqué aux deux autres enfants ce qui s'était passé. «Le plus vieux m'a dit qu'il ne m'en voulait pas». Il conclut en disant: «qu'il ne faut pas prendre pour acquis que notre cerveau est parfait. Je crois que ça peut arriver à n'importe qui», a conclu le père endeuillé.

L'enquête n'est pas terminée, la Sûreté du Québec a transféré le dossier au Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) qui décidera si des accusations seront portées contre le père de famille.

 

Écoutez l'entrevue ici

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES