Mercredi, 19 juin 2024

Sports

Temps de lecture : 1 min 38 s

Centrale Isle-Maligne: des pêcheurs imprudents s'aventurent sur la glace

Le 27 juillet 2010 — Modifié à 00 h 00 min le 27 juillet 2010
Par Karine Desrosiers

La Sûreté du Québec tient à aviser les gens qui se rendent pêcher sur la glace, près de la Centrale Isle-Maligne, qu’ils courent un sérieux danger en raison de la faible épaisseur de glace qui est continuellement grugée par le courant très violent qui sort de la centrale.

Également, advenant que la glace cède et qu’une personne se retrouve à l’eau, il sera impossible d’organiser des secours pour lui venir en aide et la personne ne pourra pas s’en sortir.

La direction d’Énergie électrique de la compagnie Rio Tinto Alcan a fait mettre en place une affiche signifiant l’interdiction de se rendre à cet endroit.

Les gens arrivent sur le site à motoneige en empruntant le bras de l’évacuateur #4. Ils passent sous le petit pont reliant la terre ferme à l’île-Maligne où est située la centrale.

Ils s’approchent de la zone d’eau libre, à quelques mètres seulement et peuvent ainsi lancer leurs appâts à l’eau. Pour qui connaît le coin, il s’agit d’une importante frayère à dorés. On y retrouve également régulièrement de l’ouananiche et du brochet. « C’est un geste extrêmement dangereux car en raison du courant très violent à la sortie de la centrale, il y a des retours sous-marins qui viennent continuellement gruger la glace par en-dessous. Et, avec le réchauffement prochain de la température, les risques de bris de la glace vont grandement augmenter », souligne Réjean Godin, porte-parole à Énergie électrique Rio Tinto Alcan. À ce temps-ci de l’année, l’entreprise génère à plein régime à la Centrale Isle-Maligne. Le débit quotidien dépasse les 1500 mètres cubes d’eau à la seconde, ce qui donne une bonne idée de la puissance du courant. « Il n’y a pas de Loi qui nous permet d’intervenir pour les empêcher d’aller là. Mais il faut avoir du gros bon sens dans la vie. D’ailleurs, au cours de la prochaine fin de semaine, nos patrouilleurs à motoneige vont se rendre sur place afin de faire prendre conscience à ces pêcheurs des risquent qu’ils encourent à s’approcher de ce secteur », souligne pour sa part le Sergent Pierre Lavoie, responsable des communications au poste de la Sûreté du Québec de la MRC Lac-St-Jean-Est.

La température de l’eau frise le zéro degré et l’hypothermie survient en quelques secondes pour une personne qui se retrouve immergée dans de l’eau froide à ce temps-ci de l’année.

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES