Actualités

Temps de lecture : 2 min 57 s

La voie de contour Ouest devient le «Boulevard Maurice-Paradis»

Le 13 octobre 2010 — Modifié à 00 h 00 min le 13 octobre 2010
Par Karine Desrosiers

La voie de contour Ouest devient le «Boulevard Maurice-Paradis»

L’un des plus grands bâtisseurs de la ville d’Alma, tel qu’on la connaît aujourd’hui est sans contredit son ancien maire Maurice Paradis, décédé en mars 2007. Sa mémoire sera honorée à la hauteur de ses multiples réalisations. Lors de l’inauguration officielle de la voie de desserte industrielle et de contournement Ouest, dans quelques jours, on la rebaptisera du nom de « Boulevard Maurice-Paradis ».

Cette décision de la ville a été communiquée officiellement à la famille Paradis, samedi après-midi, à la Maison de la Véloroute des Bleuets, à Alma où les enfants, petits-enfants et arrière-petits-enfants de Maurice Paradis se réunissaient pour une fête familiale.

 

Ses six enfants, soit Claude, Louise, Jean, François, Daniel et André ont reçu une plaque commémorative de même qu’une affiche de rue portant l’appellation « Boul Maurice-Paradis ». « Depuis le décès de ce grand homme public, la ville cherchait la meilleure façon de rendre hommage à cet homme plus grand que nature. Il était impossible de ne pas souligner d’une façon spéciale tout le travail comme maire et développeur économique de cet homme », a laissé entendre le maire Marc Asselin.

 

Après quoi, il a fait la lecture des principales réalisations de Maurice Paradis, résumées sur… trois pleines pages de texte.

 

En fait, en 2007, suite au décès de Maurice Paradis, une lettre en ce sens avait été envoyée à la ville par Jean-Claude Lindsay, président de la Véloroute des Bleuets, ancien directeur général de la Commission scolaire du Lac-St-Jean et ancien conseiller municipal qui avait agit comme bras droit de Maurice Paradis dans tout le dossier de la création du CREPS ((Centre Régional d'Éducation Physique et Sportive) devenu le Centre Mario Tremblay.

 

Jean-Claude Lindsay invitait la ville à trouver une façon grandiose d’honorer la mémoire de Maurice Paradis. Il avait remis en preuve un volumineux document faisant l’étalage de toutes les réalisations de ce grand homme qui est décédé le 25 mars 2007, à l’âge de 90 ans.

 

Le dossier avait alors été confié au Comité de toponymie et des communications de Ville d’Alma, dirigé par la conseillère Sylvie Beaumont. « On a longuement hésité mais il apparaissant de plus en plus évident que l’artère de circulation la plus significative devait prendre le nom de Boulevard Maurice-Paradis. C’est d’autant plus pertinent que cette route passe par le Parc industriel Nord, une créature de Maurice Paradis sous son règne, rejoint le secteur industriel lourd (Alcan AbitibiBowater), assurera la sécurité sur l’Avenue du Pont et contribuera au développement économique de notre ville. Ça rejoint en tous points la vision qu’avait Maurice Paradis de Ville d’Alma », a lancé pour sa part Sylvie Beaumont pour expliquer la réflexion de son comité de toponymie et le choix de la voie de desserte industrielle et de contournement Ouest pour honorer la mémoire de l’ancien maire.

Un grand bâtisseur

Maurice Paradis demeurera toujours une figure de proue du milieu almatois alors qu’il a largement contribué à bâtir le visage de cette ville moderne, comme on la connaît encore aujourd’hui.

 

Il a d'abord fait une carrière dans le domaine industriel où il a notamment été directeur du personnel à l'ancienne Usine Isle-Maligne de la compagnie Alcan où il a œuvré pendant 33 ans.

 

Mais il a surtout connu une longue et fructueuse carrière politique. Maurice Paradis a été élu au sein du Conseil municipal d'Alma comme conseiller, le 8 novembre 1965. Il a assuré l'intérim lors de la démission du maire J. Léonce Desmeules, le 2 juillet 1968. À l'élection du 3 novembre 1968, il accède au poste de maire de la Ville d'Alma. Il sera réélu le 7 novembre 1971 et occupera ce poste jusqu'au moment de sa démission, le 1er mai 1975. Notamment, il a été président de l'Union des municipalités du Québec pendant un an, en 1973-1974

 

Puis, il deviendra conseiller économique sous le premier ministre Robert Bourassa notamment dans les dossiers de développement de la Baie James.

 

Sous la gouverne de Maurice Paradis, Ville d'Alma prendra un essor fulgurant, notamment avec des projets majeurs et visionnaires comme la rénovation urbaine au centre-ville, la construction de l'autogare, la création du parc industriel et la construction du CREPS, ce dernier dossier réalisé en partenariat avec la Commission scolaire.

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES