Actualités

Temps de lecture : 3 min 0 s

Les insectes nuisibles forcent Ville d’Alma à détruire un aménagement paysager

Le 02 octobre 2012 — Modifié à 00 h 00 min le 02 octobre 2012
Par Karine Desrosiers

Il y a deux ans, un magnifique aménagement paysager avait été réalisé sur le terre-plein, entre le boulevard des Cascades et le trottoir longeant la rivière Petite-décharge, au centre-ville d’Alma. Les employés municipaux sont présentement en train de détruire en bonne partie cet aménagement en raison d’une infestation d’insecte incontrôlable qui détruit la pelouse et qui oblige la ville à recommencer à chaque année.

Cet aménagement était notamment caractérisé par des buttes de terre ensemencées de gazon pour symboliser des vagues, en rapport avec l’eau de la rivière à proximité. Cet écran naturel devait créer un sentiment de sécurité entre les piétons et le boulevard des cascades où circulent de nombreux véhicules. On y avait également introduit des ilots de fleurs, des arbres et du mobilier urbain.

« Le hic, c’est que le sommet des buttes de terre a une tendance naturelle à se dessécher, ce qui rend propice le sol à une infestation de la pyrale des prés, un insecte nuisible qui adore les endroits secs et qui détruit les racines de la pelouse. À cela s’est ajouté les vers blancs et un autre insecte appelé fil de fer. Tout est détruit et c’est à recommencer à chaque année », précise Jacques Fortin, responsable des aménagements horticoles de Ville d’Alma, au service des Travaux publics.

Notamment, cette année, la ville a effectué un traitement avec des pesticides, mais ça n’a pas donné le résultat escompté.

Attendu que de par la configuration de l’aménagement, il est évident qu’à chaque année, le problème sera récurrent, on a donc décidé d’enlever complètement ces buttes de terre pour aplanir le terrain. Au printemps prochain, on va y semer un gazon à haute résistance, ce qui devrait régler le problème.

« Regardez le même secteur, entre l’usine de filtration et là où commençaient les buttes de terre, le gazon est parfaitement vert et on n’a aucun problème d’infestation ou d’entretien », ajoute Jacques Fortin.

Naturellement, toute chose à un coût. Du côté de la direction générale, on estime que cet aménagement a coûté quelque 20 000 $ en temps hommes, en machinerie, en terre, en arbres et en fleurs.

Là, on va dépenser quelque 2000 $ en temps homme et machinerie afin d’enlever les buttes de terre, aplanir le terrain et procéder au printemps à son ensemencement.

De toute évidence, malgré toute la bonne volonté et les efforts déployés par les employés pour bien arroser et entretenir cet aménagement, année après année, la ville aurait été aux prises avec le même problème d’insectes. La nature aurait fait son œuvre, proposant au regard, après le ravage des insectes, d’immenses plaques de gazon desséchées.

On se tourne donc vers le « pratique » au détriment de « l’esthétique ».

Un insecte remarquable

Jacques Fortin de Ville d’Alma a vite posé de diagnostic en regard des problèmes d’assèchement de la pelouse sur le terre-plein du boulevard des Cascades.

Sur le site d’Environnement Canada, dans la section La voie verte, les ennemis des pelouses, on y apprend notamment le comportement de la pyrale des prés.

« Si vous voyez beaucoup de papillons de couleur blanc cassé qui volent en zigzaguant au-dessus de la pelouse au printemps, vous êtes probablement en présence de pyrales qui pondent leurs oeufs. Les chenilles mangent la pelouse à la base des tiges. Vous verrez de petites plaques jaunes au début mai qui s’agrandiront au fil de l’été. Les chenilles se cachent le jour dans des tunnels. Vous pouvez les voir le soir avec une lampe de poche ou si vous arrosez avec de l’eau savonneuse. La présence d’oiseaux peut être un indice de leur activité. »

Il y a aussi les vers blancs. À ce sujet, le site Internet d’Environnement canada précise que :

« Les larves de hannetons mangent les racines. Si vous observez des plaques jaunes, que vous tirez sur la pelouse et qu’elle lève comme un tapis, il est possible que les larves aient mangé les racines de la pelouse. Si vous observez des oiseaux qui picorent votre pelouse, la présence de mouffette qui gratte ou des marmottes qui creusent des galeries devant votre maison, vérifiez la présence de vers blancs avant d’éloigner ces animaux. »

Pour tous les détails de ces événements et pour d'autres nouvelles, visitez régulièrement le www.lelacstjean.com ou inscrivez-vous à notre envoi quotidien.

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES