Actualités

Temps de lecture : 1 min 19 s

La CRÉ refuse d’adhérer à la coalition «Touche pas à mes régions»

Le 29 janvier 2015 — Modifié à 00 h 00 min le 29 janvier 2015
Par Karine Desrosiers

MOBILISATION. La Conférence régionale des élus du Saguenay-Lac-Saint-Jean a refusé d’adhérer à la coalition «Touche pas à mes régions». Le conseil d’administration a plutôt opté pour une position d’appui nuancée.

En fait, la CRÉ invite tous les citoyens et organismes en faveur à la coalition à y adhérer et fournira même les liens et détails pour le faire sur son site web. La CRÉ n’adhèrera toutefois pas elle-même au mouvement.

«À l’entour de la table, il n’y avait pas de position unanime sur la position à prendre. Nous avons réussi à trouver une position qui satisfaisait l’ensemble du conseil d’administration, sauf Mme Girard. Considérant que la CRÉ se veut un agent mobilisateur de la région, alors on invite les gens qui sont en faveur de la coalition à y adhérer», a indiqué le président de la CRÉ, André Paradis.

La position adoptée par la CRÉ a en effet fait l’objet d’une dissidence. Jeanne Girard, qui représente la société civile, a demandé le vote le moment venu d’adopter un positionnement par rapport à au dossier Touche pas à mes régions. Elle a affirmé qu’elle aurait souhaité que la CRÉ adhère pleinement et c’est en ce sens qu’elle a demandé un vote. Mme Girard a été la seule à s’opposer.

«On va travailler d’une façon peut-être différente des autres régions, mais on sera toujours là. Soyez certains que ce n’est pas une question de s’agenouiller devant le premier ministre, au contraire. C’est une stratégie différente d’autres régions», a plaidé André Paradis.

Ce dernier a insisté sur le fait que la CRÉ était apolitique et que le positionnement adopté aujourd’hui en est un de compromis.

En coulisse, on laissait entendre que les élus du Lac-Saint-Jean étaient davantage favorables à l’idée d’adhérer à la coalition Touche pas à mes régions et que c’est à la faveur des représentants de Saguenay que l’on en est arrivé à un compromis. —S.T.

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES