Lundi, 22 juillet 2024

Actualités

Temps de lecture : 1 min 30 s

Caribous forestiers : toujours une préoccupation dans la région

Le 01 avril 2015 — Modifié à 00 h 00 min le 01 avril 2015
Par

FAUNE. Parmi les espèces vulnérables, que l'on retrouve au Saguenay-Lac-Saint-Jean, le caribou forestier semble celui qui fait le plus jaser. À la grandeur du Québec, on n'en dénombre plus que 6 740 individus.

CONSULTEZ NOTRE CARTE INTERACTIVE DES ESPÈCES VULNÉRABLES ET MENACÉES.

Mme Ursula Larouche, biologiste, qui dirige le Fonds de la recherche forestière du Saguenay-Lac-Saint-Jean depuis 2002 et conseillère en développement à la Conférence régionale des élus, nous parle de cette problématique.

«Le caribou forestier, dans la région, est l'objet d'une préoccupation depuis le début des années 2000», indique Mme Larouche.

Ce qu'il est important de savoir, selon la biologiste, c'est que l'espèce du caribou est en régression partout dans le monde. «Ce n'est pas seulement au Québec ou au Canada», déclare-t-elle.

Les facteurs pas tous connus

«Il y a un paquet de facteurs dont on ne connaît pas encore les effets, comme le changement climatique. Effectivement, l'urbanisation a une incidence, mais l'être humain fait aussi partie de l'écosystème, il faut trouver un moyen de composer avec tous ces facteurs», explique Mme Larouche.

Selon cette dernière, l'avenue principale pour trouver des solutions passe par la connaissance. «C'est la seule manière de réussir à trouver de bonnes façons de cohabiter et de continuer à utiliser les ressources», croit-elle.

La biologiste souligne l'importance de consulter les communautés qui habitent les territoires touchés, avant de prendre des décisions.

«Il ne faut pas que ça vienne de l'extérieur, il faut que ce soit concerté. Il faut que les territoires à potentiel écologique soient identifiés, pour que ce soit les meilleurs secteurs qui subissent le moins d'impact économique (qui deviennent des aires protégées)», mentionne Mme Larouche.

Tout n'est pas noir

«Le gouvernement a tracé une ligne dans la forêt boréale, au-delà de laquelle on n’a pas le droit d’aller faire de l’aménagement forestier.

Il y a autant de forêts au nord de la ligne, qu’au sud. C’est 75% de la distribution du caribou qui se trouve au-delà de cette ligne», précise-t-elle.

Cette dernière nous assure qu'une majorité de la population de caribous forestiers se trouve donc dans le secteur où la forêt n'est pas coupée. «Dans ce sens-là, tout n'est pas noir», insiste Mme Larouche.

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES