Mardi, 27 février 2024

Actualités

Temps de lecture : 2 min 46 s

Manon et Sonia se retrouvent… à la finale des Mercuriades

Le 15 avril 2015 — Modifié à 00 h 00 min le 15 avril 2015
Par Karine Desrosiers

Manon et Sonia se retrouvent… à la finale des Mercuriades

TRAVAIL/ÉTUDES. Sonia Boulianne et Manon Vermette, copropriétaires du Dépanneur Le Campagnard à Hébertville, s'apprêtent à vivre sans doute les moments les plus intenses de leur vie. En effet, les deux femmes d'affaires sont finalistes à la 35e édition des Mercuriades de la Fédération des Chambres de commerce du Québec.

Demain soir, lors de la grande soirée de gala qui se tiendra au Palais des congrès de Montréal, devant quelque 800 personnes, elle sauront si oui ou non, elle ont pu convaincre le jury.

Parmi les 38 entreprises sélectionnées par la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) comme finalistes de cette 35e édition, la candidature du Dépanneur Le Campagnard a été retenue dans la catégorie « Gestion proactive de la main-d’œuvre ».

La petite entreprise est cependant beaucoup plus qu'un simple dépanneur. En effet, on y retrouve le service d'essence, loterie, location de vidéo, bière, alimentation, photocopie/télécopie, terminus d'autobus en plus de la vente de cartes saisonnières (chasse, pêche VTT, motoneige, etc).

L'entreprise ne compte que trois employés réguliers et 13 employés/étudiants avec qui les propriétaires font des acrobaties d'horaires pour accommoder tout le monde (études/sports/loisirs) et pour que chacun y trouve son compte.

« On pense toujours que ce n'est pas pour nous, quand c'est à l'extérieur de la région. On se sent un peu isolé. Pour notre candidature, on a eu le cahier de charge. C'était complexe et je n'avais pas eu le temps de le remplir en décembre. J'ai eu une extension pour le remplir. C'est à nous de prendre notre place. Si on continue de dire que ces prix-là, ce n'est pas pour nous, on ne les aura jamais », résume Manon Vermette.

Finalement, au début janvier, Manon et Sonia se sont mises à la tâche et ont présenté leur dossier en y mettant beaucoup d'éléments personnels pour bien vendre leur entreprise et surtout, faire comprendre que la réalité d'une petite entreprise de quelque 15 employés en région est nettement différente de ce qui se passe à Montréal.

« On n'avait pas aucune attente, en pensant encore que ce n'était pas pour nous et tout à coup, on a eu le téléphone nous disant que l'on était finaliste. Nous, ce sur quoi on a beaucoup axé, c'est sur la notion études/travail. C'est notre créneau. C'est l'orientation que l'on a pris en partant en affaires il y a neuf ans. D'ailleurs, on voulait créer des emplois pour nos propres enfants. Présentement on a 13 étudiants à temps partiel. Au total, depuis neuf ans, on en a passé 27 dont les 14 qui sont partis ailleurs pour poursuivre leurs études », souligne Sonia Boulianne.

D'ailleurs, c'est avec la satisfaction d'avoir réussi leur engagement auprès des jeunes que Manon et Sonia joignent la liste des anciens employés et le diplôme de formation qu'ils sont allés chercher: chef d'entreprise, enseignant, ingénieur, policière, médecin: autant de titres prestigieux atteints par les anciens employés.

Manon et Sonia prennent d'ailleurs ce prix un peu comme un hommage à la jeunesse.

Juste le fait de tenir leur trophée de mise en candidature, elles sont fébriles à l'idée de peut-être tenir dans leurs mains le vrai trophée.

Une belle reconnaissance

Le Dépanneur Le Campagnard a été lauréat dans la catégorie Conciliation Études-travail lors du gala des Lauréats de la Chambre de commerce et d'Industrie de Lac-St-Jean-Est, en novembre dernier.

C'est donc la CCI qui a soumis dans un premier temps la candidature du Campagnard au Gala des Mercuriades.

« Dépanneur Le Campagnard mérite notre appréciation pour son apport significatif au Lac-Saint-Jean-Est. Son esprit d’innovation, son audace et ses efforts pour la conciliation études-travail sont des sources d’inspiration pour le monde des affaires », souligne d'ailleurs Keyven Ferland, président de la Chambre.

Rappelons que les entreprises finalistes des Mercuriades ont été sélectionnées au terme d’un processus rigoureux et selon des critères bien définis tels que la taille de l’entreprise, son secteur d’activité, le marché dans lequel elle évolue, ses réalisations, sa santé financière et sa capacité de croissance à venir.

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES