Vendredi, 14 juin 2024

Actualités

Temps de lecture : 2 min 43 s

Les 35 résidents du Lac Richard craignent pour leur quiétude

Le 30 juin 2015 — Modifié à 00 h 00 min le 30 juin 2015
Par Karine Desrosiers

COUPE À BLANC. Les 35 résidents du Lac Richard à l'Ascension, un lieu de villégiature très prisé, sont inquiets. L'aménagement récent d'une bleuetière juste à côté du site s'est soldé par une totale coupe à blanc de la forêt avoisinante. Il ne reste plus qu'une mince bande d'arbres épars à travers lesquels on peut facilement voir le « désert » de l'autre côté.

Les résidents craignent notamment les impacts sur le taux de taxation de leur résidence et sur l'éventuelle valeur de revente alors que ce lieu de villégiature perd ainsi une grande part de son attrait.

Leur chemin d'accès privé au lac est ainsi devenu le chemin d'accès pour la bleuetière avec une augmentation majeure de la circulation. Un 2e chemin d'accès qui permettait de quitter le secteur vers le Nord a été fermé à la circulation avec l'aménagement des terres en bleuetière.

Si les propriétaires de Bleuetière Renaud font l'acquisition des autres terres encerclant le lac, à brève échéance, le secteur sera totalement enclavé et il ne restera alors qu'une mince bande d'arbres d'une trentaine de pieds de large pour protéger le site dédié à la villégiature.

C'est au début des années 1980 que l'on a développé ce secteur de villégiature autour du lac Richard, un petit plan d'eau qui est en fait la surface de la nappe phréatique du secteur. Dans ces terres sablonneuses qui agissent naturellement comme filtre, l'eau du lac est d'une pureté cristalline. Aucun moteur n'est permis, la baignade y est réduite et les résidents prennent un grand soin pour y conserver la pureté de leur coin de paradis

Déboisement

« Tout autour du site, il y avait une forêt naturelle avec des animaux sauvages, du lièvre, de la perdrix, du renard, de l'ours et même de l'orignal. Là, avec la coupe à blanc, il n'y a plus rien », nous mentionne un résident du secteur qui désire préserver son identité.

En 2010, plus à l'Est, un premier lot avait été aménagé en bleuetière. L'automne dernier, les propriétaires des terrains avoisinant de lac ont amorcé la coupe du bois sur deux autres lots. Ce printemps, le travail s'est poursuivi notamment avec l'enlèvement de toutes les souches afin d'aménager le terrain à des fins de culture du bleuet.

« C'est sans doute légal, mais certainement immoral. La visibilité, c'est très important de la prendre en compte dans les secteurs de villégiature. Au moins, s'ils avaient laissé des écrans visuels comme ça se fait ailleurs. Ici, les arbres sont gros et clairsemés et la pollution visuelle est maintenant évidente », de poursuivre notre interlocuteur.

Déjà, du fait qu'ils sont en milieu de villégiature et en bordure d'eau, les 35 citoyens paient un taux très élevé de taxes. En retour, le seul service qu'ils reçoivent, c'est l'enlèvement des ordures et la récupération.

Leur association des résidents paie pour l'entretien du chemin et autres. Chaque résident doit posséder une fosse septique conforme et en assurer la vidange selon les normes.

Notamment, les citoyens s'interrogent sur le mode d'émission des permis à la municipalité qui laisse de pareils travaux se réaliser au détriment de résidents qui rapportent d'importants revenus de taxes à la municipalité. Le prix des maisons du secteur varie entre 150 000 $ et 400 000 $.

La municipalité n'a pas de pouvoirs !

Bien que les terres concernées étaient couvertes d'arbres, elles sont zonées agricoles et tombent donc sous la coupe de la Commission de protection des territoires agricoles.

« On n'a pas de pouvoir ! », tranche Normand Desgagnés, directeur général de la municipalité de l'Ascension.

En compagnie de son urbanisme Dominique Bisson, ils ont confirmé que les terrains en question sont zonés agricoles: « De ce fait, l'agriculture a préséance sur la villégiature », d'ajouter le directeur général.

Après une visite des lieux, Normand Desgagnés reconnait lui aussi que l'écran visuel laissé en place est très mince et offre peu de protection dans les conditions actuelles.

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES