Actualités

Temps de lecture : 1 min 31 s

La Belle-Rivière devra retrouver son lit naturel

Le 09 juin 2015 — Modifié à 00 h 00 min le 09 juin 2015
Par Karine Desrosiers

La Belle-Rivière devra retrouver son lit naturel

ST-GÉDÉON-SUR-LE-LAC. Depuis le début des années 1990, la Belle-Rivière a modifié de façon naturelle son lit, à son embouchure dans le lac Saint-Jean. Elle passe maintenant beaucoup plus près des plages, occasionnant une accélération de l'érosion et fragilisant davantage ce secteur très médiatisé ces dernières années.

« La rivière, à la sortie du marais, a toujours fait des méandres. À sa sortie, elle allait bien droit dans le lac. Cependant, le courant, dans ce coin-là, il part de Métabetchouan et s'en va vers St-Gédéon. Tranquillement, il a rempli la rivière de sédiments. La rivière a réagi en créant de nouveaux méandres, ce qui fait qu'elle s'est rapprochée tranquillement du rivage où elle a toute grugé la plage et il n'y a plus de protection contre les vagues. Le canal a pris la place de la plage. La vraie solution, c'est de recreuser le canal », explique Jean Pedneault, directeur du programme.

Cependant, ce type de travaux n'est pas permis dans l'actuel décret du programme. Le problème a été adressé au ministère qui exige une étude d'impact et peut-être même un BAPE.

« On a convenu avec le ministère que vue que l'on était déjà en étude d'impacts pour l'ensemble du programme, on a glissé ce problème dedans, mais ça fait en sorte que ça va prendre quatre ans pour obtenir les autorisations », souligne le directeur Pedneault.

Solutions temporaires

En attendant, on a inventé une solution temporaire, soit de construire un immense perré à la base du talus et de recharger la plage à chaque année en attendant de pouvoir dévier le canal de la Belle-Rivière.

« Arrive une autre tempête comme en 2013 et il y a des maisons qui vont tomber dans le trou tellement ils ont perdu leur protection. On a donc mis l'enrochement le plus proche possible. C'est une solution temporaire », d'ajouter Jean Pedneault.

Si le ministère donne son aval au projet, le lit de la Belle-Rivière devrait venir longer l'épi construit l'an dernier et qui s'étire bien droit en face des plages.

 

À LIRE ÉGALEMENT

Rio Tinto Alcan lutte contre l'érosion des berges

Les bétonnières sur la plage soulèvent des interrogations

Rio Tinto Alcan défend ses travaux

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES