Dimanche, 16 juin 2024

Actualités

Temps de lecture : 1 min 24 s

Milos Raonic s'incline en 3 sets devant Andy Murray en finale de Wimbledon

Le 10 juillet 2016 — Modifié à 00 h 00 min le 10 juillet 2016
Par

TENNIS. Le Canadien Milos Raonic s’est incliné en finale de Wimbledon, battu 6?4, 7?6 (3) et 7?6 (2) par le favori local, l’Écossais Andy Murray.

Premier athlète masculin du pays à atteindre le match ultime au All England Club, l’Ontarien s’est incliné en deux heures et 47 minutes.

Murray a triomphé à sa deuxième balle de match, sur un coup droit en décroisé que Raonic a envoyé dans le filet.

Murray a donc soulevé un troisième trophée en Grand chelem, après le même tournoi en 2013 et plus tard Flushing Meadows, en 2015.

«Je lève mon chapeau à Andy, il mérite bien ce deuxième titre ici, a dit Raonic sur le terrain, après coup. Quant à moi, celle?là va faire mal. Je vais faire tout mon possible pour revenir en force et obtenir une deuxième chance.»

Le Britannique a remporté ses six derniers matches face au Canadien, contre qui il a une fiche globale de 7?3.

Le seul bris du match a été l’affaire de Murray, pour une avance de 4?3 au premier set.

Lors du premier bris d’impasse, Raonic a laissé filer une chance en or de corser les choses au cinquième point, qu’il a cédé pour se voir en déficit 1?4.

Raonic a été combatif en fin de match, conservant son service à zéro pour faire 5?5 au dernier set.

Murray lui a toutefois rendu la pareille au jeu suivant, peu avant de dominer le second bris d’impasse. Il a mené 5?0 grâce notamment à un passing du revers, l’une de ses armes favorites pendant le match.

Chaque joueur a signé 39 coups gagnants mais l’Écossais n’a fait que 12 fautes directes, contre 29 pour l’Ontarien.

Raonic tentait d’ajouter un neuvième titre à son palmarès. Son parcours londonien a inclus une victoire étincelante contre Roger Federer, en demi?finale.

Le tennisman de Thornhill en était à sa première finale dans un tournoi majeur.

Dans la foule se trouvaient notamment Kate Middleton, la duchesse de Cambridge, ainsi que son mari le prince William.

La Presse Canadienne

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES