Actualités

Temps de lecture : 1 min 27 s

«Un geste de solidarité incroyable!»

Le 20 juin 2018 — Modifié à 15 h 17 min le 20 juin 2018
Par laurie fortin

«Un geste de solidarité incroyable!»

Rares sont les entrepreneurs qui témoignent d’un geste aussi généreux que celui de la propriétaire d’Ambulance Médilac Élisabeth Marcotte.

Avec d’autres employés, cette dernière a organisé un rase-o-thon pour un confrère, Normand Côté.

« Je travaille avec lui depuis 2010 et l’une des choses qu’il trouvait le plus difficile, c’est de perdre ses cheveux. J’ai donc pensé que l’on pourrait faire un rase-o-thon, quelque chose de rassembleur pour qu’il voit ça moins pire. »

La jeune femme a non seulement décidé d’appuyer son superviseur, mais n’a pas hésité une seconde à gonfler l’objectif financier de départ de 15 000$. Elle avait d’abord promis de remettre1000$ par tête rasée jusqu’à concurrence de 15 000$. Voir ses employés mobilisés derrière cette cause l’a motivée à se rendre à 22 000$.

« On souhaitait que les gens se fassent raser même si le 15 000$ était atteint et c’est ce qui est arrivé. C’est pour cette raison que nous avons attendu avant de dire que nous augmentions le montant. »

Questionnée sur l’ampleur du geste, elle répond humblement que l’entreprise dont elle est propriétaire depuis quelques années déjà a toujours soutenu des causes en lien avec le secteur de la santé.

Un événement émotif

Il y a 14 ans Normand Côté alors ambulancier pour l’entreprise a reçu un premier diagnostic. Il a réussi à le vaincre, mais malheureusement, un peu avant les Fêtes, celui qui est devenu superviseur a appris que le cancer était de retour. En plus des 22 ambulanciers, quatre amis et membres de la famille ont embarqué dans le mouvement. L’activité a finalement été un baume non seulement pour lui mais pour toutes les personnes présentes.

« Tout le monde a reçu dans cette activité-là. C’est un geste de solidarité incroyable. »

Présente pour l’événement, l’ambulancière Anick Fortin a confié avoir beaucoup aimé sa journée.

«Au début, les ambulanciers ont été plus lents à s’inscrire. On a eu deux autres rappels et quelques jours avant, ils se sont décidés. Moi, quand je me suis décidée on avait atteint le 15 000$. Je ne pensais pas qu’elle allait le dépasser! Ça nous a tous surpris.»

Évidemment, Normand Côté a vécu cette journée avec beaucoup d’émotions. «Il a pleuré tout l’après mdi.»

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES