Vendredi, 19 juillet 2024

Actualités

Temps de lecture : 3 min 28 s

Un effet Josée Ouellet au Collège d’Alma

Le 30 août 2019 — Modifié à 16 h 11 min le 30 août 2019
Par William Fradette

Élus et partenaires du COlab ont souligné le rôle de Josée Ouellet dans l’obtention de plusieurs millions de dollars d’investissement au Collège d’Alma. On ne tarit pas d’éloges à son endroit.

Directrice générale du Collège depuis moins de trois ans, Josée Ouellet a accompli une prouesse en bouclant le financement de son laboratoire d’innovation régionale. La détermination et la persévérance de la femme ont d’ailleurs été soulignées par divers intervenants lors des annonces du COlab.

Le député à la Chambre des Communes, Richard Hébert, a indiqué que le collège était « dirigé de main de maître» par Ouellet, tandis qu’Éric Girard, député à l’Assemblée nationale, a lancé « c’est grâce à la détermination de Josée, on ne se le cachera pas ! ». Marc Asselin, le maire d’Alma, l’a quant à lui félicité pour sa persévérance.

Interrogée sur son rôle, Josée Ouellet est restée humble. « Ça fait deux années qu’on travaille fort pour boucler le financement, c’est maintenant chose faite ; c’était un rêve partagé », a-t-elle déclaré, visiblement fière, au journal Lac-St-Jean.

Convaincre les élus, puis le gouvernement

Les élus de la région ont également tout mis en œuvre pour que Québec accorde un investissement supplémentaire au projet que portait madame Ouellet. Éric Girard et la ministre Andrée Laforest ont ensuite dû convaincre le gouvernement et le ministère de l’Économie et de l’Innovation. « C’est hors de l’ordinaire, il n’y avait pas de programme pour ça alors on a donc dû travailler en amont », a expliqué le député de Lac-Saint-Jean.

De son côté, la ministre semblait contente de l’aboutissement de leur démarche. « C’est un projet envié partout au Québec, alors Éric [Girard] et moi avons travaillé ensemble sur ce dossier, le premier qu’il m’a remis d’ailleurs », a souligné madame Laforest.

La présidente du Syndicat des Enseignantes et Enseignants du Collège d’Alma Nathalie Munger ne tarit pas d’éloge envers la directrice générale.

Le syndicat satisfait de la direction générale

Le Syndicat des Enseignantes et Enseignants du Collège d’Alma est satisfait du travail accompli par la direction générale. « Il faut dire que sa recette est gagnante »

C’est en ces termes que la présidente Nathalie Munger a qualifié la façon de faire Josée Ouellet. Avant l’arrivée de cette dernière à la direction générale du collège, les relations de travail étaient pour le moins tendues.

En plein exercice financier, Québec avait creusé un trou béant dans les finances de l’institution, forçant la précédente direction générale à sabrer dans les dépenses. « Bernard Côté a dû composer avec des coupes exorbitantes de plusieurs centaines de milliers de dollars », a déclaré Nathalie Munger. Cela avait évidemment compliqué les relations de travail.

Relations de travail excellentes

Le syndicat admet que la situation s’est améliorée depuis, et que l’arrivée de Josée Ouellet a été bénéfique. « C’est une développeuse, elle fait réellement un travail de direction générale », a lancé Munger, référant entre autres au projet du COlab. Les relations de travail sont excellentes au dire de la présidente du syndicat, qui a également admis sans réserve que la directrice générale est une femme qui « mobilise beaucoup les gens autour d’elle ».

Une recette gagnante

Bien que l’arrivée de Josée Ouellet à la direction générale ait causé des chamboulements, ceux-ci étaient nécessaires. « Très rapidement elle a crû en ce qu’on faisait et nous a proposé une image de marque qui était assez différente de celle d’auparavant, c’est sûr que ça a bousculé un peu nos façons de faire, mais il faut dire que sa recette est gagnante », a-t-elle déclaré en ajoutant que la DG a permis de redorer l’image du collège dans la région.

La façade du Collège d'Alma.

Le Collège d’Alma remonte la pente

Finances redressées et fréquentation à la hausse : compte rendu de la situation de l’institution d’enseignement almatoise.

Après avoir vécu une période difficile au début des années 2010, le Collège d’Alma se porte bien ; il s’agit même de certaines de ses plus belles années. Rencontrée à l’aube de la rentrée scolaire, la directrice générale n’a pas caché que le défi a été grand, mais que les efforts consentis par le personnel et les actions posées par son équipe ont porté fruit.

L’école avait un déficit de deux millions de dollars à l’entrée en fonction de Josée Ouellet. Le plan de redressement du collège prévoyait que 10 ans seraient nécessaires pour remettre sur pied les finances de l’institution.

Or, la directrice générale estime maintenant que d’ici deux ans, l’administration aura épongé le déficit, soit cinq ans à l’avance. La révision du modèle de financement des cégeps la semaine dernière et l’injection de 150 M$ dans le réseau ajoutent aux bonnes nouvelles.

Fréquentation en hausse

La fréquentation des cégeps, de façon générale, stagne. C’est l’une des raisons qui expliquent que l’institution diversifie son offre éducative et accueillera 67 étudiants internationaux. Il y aura ainsi 1061 étudiants aux programmes techniques et préuniversitaires, une légère hausse.

Toutefois, le collège augmentera substantiellement son nombre d’étudiants à la formation continue. « On a 100 personnes de plus cette année, donc c’est 350 étudiants en formation continue, c’est une très bonne année pour nous », a déclaré la directrice générale. Elle souligne que c’est alors plus de 1400 personnes qui passeront par l’établissement d’enseignement cette année.

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES