Vendredi, 21 juin 2024

Actualités

Temps de lecture : 1 min 36 s

Porc biologique: un produit de la terre à la table

Yohann Harvey Simard
Le 03 avril 2021 — Modifié à 16 h 32 min le 03 avril 2021
Par Yohann Harvey Simard - Journaliste de l'Initiative de journalisme local

Offrir la meilleure traçabilité et élever de façon écoresponsable, telle est la philosophie qui motive William Suess Villeneuve et Andréa Maltais, les deux propriétaires de la Ferme Villoise à Saint-Gédéon. Seule ferme porcine certifiée biologique dans toute la région, l’entreprise est une pionnière en la matière.

Ce qui la distingue des fermes conventionnelles, c’est notamment la façon d’élever et d’alimenter les truies et les porcs. Les normes exigées par Ecocert Canada sont certes strictes, mais correspondent à leur philosophie.

Ainsi, les animaux sont élevés sur de la litière de paille et vont à l’extérieur lorsqu’il fait beau en été. La superficie des enclos est deux fois plus grande que ceux en élevage conventionnel et des puits de lumière sont omniprésents afin de leur offrir une lumière adéquate.

Alimentation

« Pour nous, c’est important d’offrir un produit qui part de la terre jusqu’à la table. On souhaite faire de la vente directe le plus possible. C’est important pour nous que le client sache d’où vient son produit. Les normes exigent de connaître la provenance de chaque intrant qu’on donne à l’animal », explique William Suess Villeneuve.

Ainsi, les bêtes sont nourries à l’avoine, au blé et aux pois qui poussent à même les champs de la ferme, sans engrais chimique. Ceux-ci sont également conditionnés sur place. Ils se nourrissent également de tourteau de canola provenant de la Ferme Tournevent d’Hébertville.

« On leur offre une alimentation assez variée. Par ailleurs, lorsqu’ils vont à l’extérieur, ils sont libres de manger de l’herbe, des racines, des insectes… Ça augmente la qualité du produit. »

Pour la reproduction, les truies ne reçoivent aucun médicament. « C’est évident que si un animal est malade, on ne le laissera pas mourir et on va lui donner les antibiotiques nécessaires. Mais il devra aussitôt être identifié comme non biologique et ira sur le marché conventionnel », précise-t-il.

Qualité du produit

La nature biologique de la production semble avoir un impact sur la qualité du produit, selon les commentaires reçus par l’entreprise. William Suess Villeneuve a constaté au fil du temps que la clientèle trouvait que la viande avait un meilleur goût et une texture plus raffinée.

« Vu le meilleur confort des animaux et les aliments plus variés, les gens le trouvent plus juteux, plus tendre. Certains ne veulent plus retourner en arrière. Ça change le goût et le persillage ».

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES