Dimanche, 23 juin 2024

Actualités

Temps de lecture : 1 min 21 s

Accès à l’eau potable : Toujours un dossier de haute priorité

Janick Émond
Le 13 octobre 2021 — Modifié à 14 h 54 min le 13 octobre 2021
Par Janick Émond - Journaliste

Le maire d’Hébertville, Marc Richard, soutient que la municipalité travaille activement pour fournir les 24 résidents en eau potable. Il dit comprendre leurs frustrations, mais il réitère l’engagement qu’il a pris en 2017.

« C’est un dossier qui dure depuis 2008. Lorsque je suis arrivé en poste en 2017, on ne faisait pas partie de l’entente intermunicipale avec les trois municipalités. Le premier geste que j’ai fait, c’est de demander notre adhésion et commander des études de faisabilité pour le branchement », explique Marc Richard.

Selon le maire, si le projet n’évolue pas au rythme escompté, c’est notamment en raison d’une étude hydrogéologique récente qui démontre que l’ajout des 24 résidences pourrait remettre en question la qualité de l’eau, et ce, pour l’ensemble des utilisateurs.

« La qualité de l’eau pourrait être remise en question si des travaux sont faits. Nous avons des rencontres prévues à cet effet pour analyser cet enjeu ».

Il soutient néanmoins qu’il possède la volonté politique de faire cheminer le dossier le plus rapidement possible.

Volonté politique

« Avant que j’arrive en poste, il n’y avait pas de volonté. On a investi 100 000 $ en études pour savoir si on peut faire partie du réseau. Le dossier n’est pas aux oubliettes, au contraire. Nous sommes extrêmement sensibles. J’ai eu des discussions récemment avec le maire de Saint-Bruno pour trouver des solutions. On ne les laissera pas tomber, en travaille encore pour trouver des solutions. »

Le maire ne veut pas s’avancer sur les raisons pour lesquelles Hébertville a été exclue de l’entente de 2008, qui a abouti à la mise en place de la station de pompage qui achemine l’eau vers Larouche, Hébertville-Station et Saint-Bruno. « Je n’étais pas là à ce moment-là ».

Projet

Le projet, qui permettrait de raccorder ces 24 résidences au réseau d’aqueduc, est évalué à 1 M$. Il sera admissible à une aide gouvernementale de 350 000 $. Le reste pourrait être financé par un règlement d’emprunt de la municipalité.

 

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES