Actualités

Temps de lecture : 1 min 39 s

Manque de collaboration du CN : 3 tracés de la Véloroute des Bleuets en péril

Janick Émond
Le 13 octobre 2021 — Modifié à 14 h 58 min le 13 octobre 2021
Par Janick Émond - Journaliste

Manque de collaboration du CN : 3 tracés de la Véloroute des Bleuets en péril

Trois projets de bonification de la Véloroute des Bleuets sont mis en péril par le manque de collaboration du Canadien National (CN), qui refuse que l'on utilise ses emprises pour aménager des pistes cyclables. Une prise de position vivement critiquée par les élus du Lac-Saint-Jean.

« Nous déplorons ce manque de rigueur de la part d’un partenaire de longue date. Nous ne comprenons toujours pas pourquoi, après une collaboration passée exemplaire, que ces dossiers stagnent et s’étirent au point de le mettre en péril », lance le préfet de la MRC de Domaine-du-Roy, Yannick Baillargeon.

Devant être réalisés dans les municipalités de Saint-Gédéon et Chambord, les trois projets visent à améliorer la sécurité des usagers de la Véloroute. L'aménagement de pistes cyclables et de traverses ferroviaires sur les emprises du CN (zones situées en bordure des voies ferrées) éviterait aux usagers d'emprunter l'accotement asphalté de la route 169.

Or, sans l'aval du CN, il sera impossible de procéder aux travaux.  En effet, rappelons que l'aménagement des nouvelles pistes cyclables constitue la plus importante des phases d'un projet de développement évalué à 9,6 M$.

Qui plus est, si les négociations n'aboutissent pas d'ici mars 2023, la Véloroute pourrait perdre une partie considérable de son financement gouvernemental, soit près de 4 M$.

Incompréhension

Le président de la Véloroute des Bleuets, Michel Chiasson, estime qu’il est inconséquent de fermer la porte aux projets alors que par le passé, des autorisations similaires ont été délivrées pour Saint-Prime, Roberval, Mashteuiatsh, Desbiens et Métabetchouan-Lac-à-la-Croix.

Pour sa part, le CN défend sa position prétextant qu’il en va d’un enjeu de sécurité pour les utilisateurs et les activités ferroviaires. « La sécurité est une valeur fondamentale au CN et nous ne ferons pas de compromis sur celle-ci.  Actuellement, certaines portions du projet tel que présenté à nos équipes ne répondent pas à nos critères», a indiqué le porte-parole, Mathieu Gaudreault.

Pourtant, rétorque Yannick Baillargeon, « la cohabitation n’a jamais été problématique dans ces secteurs et la sécurité n’a jamais été compromise. » Au contraire, ajoute-t-il, « pour les cyclistes, c’est pas mal moins dangereux parce qu’ils n’affrontent pas les voitures. »

Selon le préfet, une modification dans les politiques internes du CN serait à l’origine de ce soudain changement d’attitude. Désormais, le CN ne tolérerait plus aucun nouvel aménagement sur ses emprises au Canada.

Or, étant donné l’absence d’accidents au Lac-Saint-Jean, on demande au CN qu’il procède au cas par cas, plutôt que d’invalider tous les projets en bloc.

 

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES