Culture

Temps de lecture : 1 min 25 s

La tradition se perpétue

Le 14 août 2012 — Modifié à 00 h 00 min le 14 août 2012
Par Karine Desrosiers

Du 8 au 12 août, dans le cadre du Festival Atalukan, des conteurs de différentes nations ont fait connaître des légendes autochtones dans divers lieux de la région. Le temps d’écouter un récit, des gens ont oublié Facebook et Twitter, pour apprécier la communication de base, celle qui se fait en présence de l’autre. Et dans un monde où tout va trop vite, où le temps semble nous manquer désespérément, le fait de réunir des gens autour d’un conteur devient pratiquement un exploit!

Dimanche dernier, devant la petite chapelle située à l’extérieur du Centre d’histoire et d’archéologie de la Métabetchouane (CHAM) à Desbiens, des visiteurs étaient rassemblés pour entendre les propos de trois conteurs. Malgré un soleil de plomb, ils ont écouté avec grand intérêt des récits faisant notamment référence au castor. Les légendes autochtones expliquent souvent l’origine et la raison d’être des animaux et dénotent aussi un grand respect face à ceux-ci et à l’environnement. C’est en racontant ces histoires que les différentes nations ont pu les transmettre d’une génération à l’autre et ainsi permettre le maintien d’une riche tradition orale amérindienne.

Parmi les conteurs présents au CHAM, mentionnons Pierre Larouche, de la nation des Pekuakamiulnuatsh (Montagnais du Lac-Saint-Jean). Musicien, animateur enthousiaste et raconteur d’expérience, il travaille au Carrefour d’accueil Ilnu situé à Mashteuiatsh. Il adore faire connaître la culture autochtone et démystifier certains préjugés.

Jacques Newashish de la nation attikamek était également présent dimanche dernier dans le cadre du Festival Atalukan. Peintre, sculpteur, conteur et chanteur, cet artiste multidisciplinaire a fait connaître la culture autochtone dans la région, mais également à Montréal, en France et dans d’autres pays. Avec son tambour, ses chants et ses contes, il veut regrouper les gens et insiste sur l’importance de la famille.

Véronique Thusky de la nation anishnabe a participé à l’événement au CHAM, en racontant elle aussi une légende. Dans le cadre du Festival Atalukan, des activités se sont déroulées dans les localités de Mashteuiatsh, Roberval, Saint-Félicien, Saint-Gédéon et Desbiens, devant un public varié de diverses nations et de tout âge.

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES