Mercredi, 19 juin 2024

Économie

Temps de lecture : 2 min 1 s

Un autre plaidoyer pour l’achat local

Le 08 août 2014 — Modifié à 00 h 00 min le 08 août 2014
Par daniel migneault

ÉCONOMIE. Ce n’est pas la première fois que j’utilise cette tribune pour effectuer un plaidoyer en faveur de l’achat local. Mais, comme tout message, il faut souvent le répéter plusieurs fois avant qu’il soit ancré dans les mœurs et, surtout, afin de sensibiliser les nouvelles générations.

Car, en effet, une fenêtre s’ouvre avec les nouvelles générations. Selon les prévisions d’Emploi-Québec, il y aura 25 000 emplois disponibles au Saguenay-Lac-Saint-Jean d’ici 2017. De ce nombre, 53 % devraient être comblés par des jeunes de moins de 25 ans. Ces travailleurs auront donc un pouvoir d’achat considérable.

Et l’inquiétude réside là. Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais cette génération est connectée quasi en permanence à Internet via leur téléphone intelligent. Selon l’étude 2014 NETendances du CEFRIO, 73 % des jeunes de 18 à 25 ans possèdent ce type d’appareil. Ils possèdent aussi une tablette dans 69 % des cas.

Donc, nul besoin de dire qu’Internet est omniprésent dans leur vie. Malheureusement, la majorité des entreprises — il y a heureusement des exceptions — n'est pas assez présente sur la toile. Cela fait au moins cinq ans qu’on leur répète que les entrepreneurs se doivent d’être présents sur les réseaux sociaux pour rejoindre une clientèle engagée qui choisira de vous suivre.

Un site de commerce en ligne, aussi basique soit-il, est nécessaire. « Mais, moi, ma marque de commerce, c’est le service personnalisé! », dites-vous? Le service peut être aussi personnalisé en ligne avec une réponse rapide et courtoise qui amènera les gens à visiter votre commerce.

Se renouveler

Les compagnies qui ne se renouvelleront pas, principalement dans le commerce de détail, sont condamnées à moyen terme. Un exemple récent qui est apparu dans l’actualité : la chaîne de vêtements Jacob est en difficulté. Dans ce créneau précis, des entreprises comme Frank and Oak ont pris une part intéressante du marché. Je ne suis pas en train de condamner le magasinage en ligne. Il faut être de son temps. On ne peut pas se battre contre le progrès. Il faut s’y adapter. C’est pour cela que les entreprises de détails doivent s’offrir cette vitrine.

Prendre le temps

Message aux consommateurs : prenez le temps de regarder les produits qui sont disponibles dans votre municipalité ou tout près et vous serez surpris. Il faut d’abord faire l’effort de regarder ce qui est disponible chez nous. Il est primordial de faire rouler l’économie locale. Lorsque vous achetez en ligne, c’est un dollar qui est envoyé ailleurs et qui n’est pas réinvesti dans la communauté. Il y a alors une perte de pouvoir d’achat et on s’appauvrit collectivement.

Il ne sera plus temps de dire « On ne trouve plus rien ici » lorsque toutes les entreprises auront mis la clé sur la porte. Bref, chacun, commerçant et consommateur, doit faire sa part pour un milieu dynamique où il fait bon vivre.

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES