Dimanche, 16 juin 2024

Sports

Temps de lecture : 2 min 28 s

Au lendemain de l'attaque à Nice, le Tour de France se poursuit comme prévu

Le 15 juillet 2016 — Modifié à 00 h 00 min le 15 juillet 2016
Par

Le Tour de France s'est poursuivi comme prévu, vendredi, avec la présence de milliers d'amateurs le long des routes et au milieu de mesures de sécurité renforcées au lendemain de l'attaque meurtrière à Nice.

La France a de nouveau été frappée lorsqu'un gros camion a foncé à travers une foule de fêtards réunis pour assister à des feux d'artifice en bordure de mer à Nice soulignant la fête nationale des Français et tuant au moins 84 personnes, jeudi soir. Cette attaque fait suite aux attaques terroristes de novembre à Paris, qui avaient fait 130 victimes.

Mais cette attaque n'a pas empêché les amateurs de se présenter en grand nombre sur la ligne de départ dans la petite ville de Bourg-Saint-Andéol.

«Nous ne pouvons pas baisser la garde, mais il était important qu'ils poursuivent la course, a déclaré Bruno Pruvost, un amateur 56 ans. Sinon, ce serait trop facile pour eux.»

Le champion en titre Chris Froome, l'actuel meneur de la course, a mis sur son compte Twitter une photo du drapeau français et écrit: «Nos pensées accompagnent tous ceux touchés par la terrible attaque à Nice.»

Froome a plus tard pris part au premier contre-la-montre du Tour après la décision des organisateurs de tenir l'étape de 37,5 kilomètres à La Caverne du Point-D'Arc dans la région de l'Ardèche à l'issue d'une réunion avec les autorités.

On a observé un moment de silence au début et le directeur du Tour, Christian Prudhomme, a confié qu'une cérémonie avec une minute de silence était prévue à l'arrivée en hommage aux victimes.

«Aujourd'hui, nous voulons rendre hommage aux victimes avec dignité, a déclaré Prudhomme, portant un brassard noir et retenant ses larmes. Nous nous sommes questionnés à savoir si la course devrait se poursuivre et, après consultation avec les autorités, nous avons décidé qu'elle le devait. Le Tour de France se poursuivra d'une manière sobre et solennelle.»

La caravane publicitaire, qui précède les coureurs sur la route tous les jours pour distribuer des cadeaux et des souvenirs gratuits au son d'une musique forte, a roulé en silence vendredi.

La sécurité avait déjà été renforcée au Tour cette année, la France vivant l'état d'urgence depuis les attentats de Paris. La course de trois semaines fait l'objet de la protection d'une force sans précédent de 23 000 officiers de police, y compris des groupes d'intervention SWAT, tandis que les agents de sécurité vérifient les sacs et font des fouilles corporelles au début et à la fin de chaque étape.

Eric Luzet, l'agent de liaison de la police pour le Tour, a déclaré que des mesures de sécurité supplémentaires ont été mises en œuvre pendant la nuit, avec 600 agents de police chargés de la sécurité pour l'étape.

«Nous avons ajusté nos mesures après ce qui est arrivé à Nice, a déclaré Luzet. Ils ont été déployés au début et à la fin de l'étape et le long des 37,5 kilomètres de la route.»

Bauke Mollema, impliqué dans une chute avec Froome dans le dernier kilomètre de la 12e étape jeudi au Mont Ventoux quand une moto de la télévision a été forcée d'arrêter sur la route en raison de la congestion provoquée par les amateurs, a déclaré que ses «pensées sont avec les gens de Nice.»

Le Français Romain Bardet, spécialiste de la montagne, a également exprimé sa tristesse.

«Français, recueillons-nous, célébrons, aimons-nous les uns les autres, a-t-il affiché sur les réseaux sociaux. Et ne cédons pas. Je pense à Nice.»

The Associated Press

Abonnez-vous à nos infolettres

CONSULTEZ NOS ARCHIVES